Lost - Saison 2

Ce billet fait suite à (Re)Regarder Lost : Des ours polaires sur une île et Regarder Lost #2 : un radeau à la mer

Je suis toujours sur l’île, et pour mouvementer le périple, il se trouve qu’il y a d’autres survivants… Idée de génie ou bien tout autre chose ?

Lost – Épisodes 2.01 à 2.11

La trappe a été ouverte (ouf!), et elle apporte avec elle quelques nouvelles questions qui ne m’intéressent pas énormément. Pour tout dire, je pense que cela joue sans conteste sur l’absence de fascination que la série exerce sur moi. Je suis bien plus intéressée par les autres habitants de la forêt que par les questions qui entourent l’île. Même si la carte du toutéliage est fort présente, le concret est pour moi encore trop loin pour que cela me scotche devant ma télévision.

De loin, je me rappelle très bien, à l’annonce des nouveaux survivants du crash, je m’étais demandé si ce n’était pas une mauvaise blague. En tout cas, cela y paraissait. Il faut dire, après un réacteur encore en route, la série n’était plus à cela près. Alors que d’autres passagers aient survécu, pourquoi pas ? En fin de compte, malgré un postulat douteux, cet apport de personnages est ce qu’il y a de mieux dans cette première partie de saison. Un peu de sang neuf offre toujours de quoi occuper. De nouveaux visages, de nouvelles personnalités instaurant forcément des dynamiques inédites, en même temps que cela entraine de nouveaux problèmes. L’épisode The Other 48 Days est d’ailleurs l’un des meilleurs de cette fournée.

Rayon flashback, il faut quand même avouer que cette première partie de saison ne fut pas très consistante. Une bonne partie se révèle peu utile ou peu captivante. Entre les histoires d’argent de Hurley, les problèmes de couples de Jack, la rencontre entre Sun et son mari, on est servi. Ils ne sont pas pour autant sans saveur, mais il est difficile, tout particulièrement avec Jack, d’avoir un sentiment d’aboutissement une fois l’épisode terminé. Et surtout, ces flashbacks, régulièrement, tendent à nous fournir des informations dont je me fous, ou simplement à nous raconter un bout de leur vie sûrement présent pour étoffer les protagonistes. Seulement, il faut être honnête, Lost a ses qualités, mais elles ne sont clairement pas au niveau du psychologique. C’est d’ailleurs souvent là que le bât blesse.

Notre île est donc sacrément peuplée, et on ne peut pas dire que la cohabitation soit paisible. Bien au contraire. Mais aussi, ce conflit non justifié à l’heure actuelle, est quand même aussi moyennement présent. L’absence de Walt est là pour nous rappeler le danger qui rôde, mais l’insouciance qui règne sur la plage, et les silences scénaristiques volontaires pour faire trainer en longueur l’intrigue amenuise la force de la menace.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire