Lost - Saison 1

Il y a une série manquant singulièrement à mon background : Lost. Avant la dernière saison, je me suis posée le défi de visionner la série, que j’ai arrêté en saison 1. Je trouvais cela ennuyeux. Donc le (Re) disparaitra du titre par la suite, quand l’envie me prendra de vous parler de mes péripéties Lostienne.

Lost – 1.01 à 1.17

Je n’ai pas revu le début de la série, car j’ai une assez bonne mémoire pour ce genre de choses. Je ne suis pas très détails, je l’admets, mais quand quelque chose s’inscrit, cela reste. J’étais persuadée d’avoir arrêté la série à l’épisode où Shannon pousse la chansonnette (« La mer »). Pourquoi ? J’avais trouvé cet épisode extrêmement ennuyeux. En fait, il est au rayon des programmes les plus ennuyeux que j’ai pu voir. Il se trouve que non. Ce qui a entrainé plus que des sensations de déjà-vu. C’est fini. Après l’épisode 17, je n’ai rien vu. Je ne sais pas comment j’ai fait pour ne pas aller au bout de cette saison 1, j’imagine, une histoire de temps, de scolarité, et d’envie en ce temps-là. Cela remonte quand même!

Certains de mes sentiments ont changé : Matthew Fox est moins mauvais que dans mes souvenirs, de même qu’Evangeline. Par contre, je ne peux pas en dire autant de tous ! Le rythme est comme je m’en rappelle : plombé par des flashbacks. Cela et le fait que, des fois, il ne se passe strictement rien sur l’île.

Les défauts ne se sont pas effacés avec le temps, c’est une évidence. Le toutéliage n’est pas ce qui me fascine. Je suis peut-être vieille école, sur ce plan-là, mais pour me faire revenir devant mon poste de télévision, il me faut du contenu. À ce stade, la psychologie des protagonistes n’est pas le point fort. Disons carrément que la finesse n’est pas souvent utilisée.

Quasiment tous les protagonistes (à l’exception d’Hurley, c’est l’épisode 18) ont eu le droit à leur épisode. Enfin, quand je dis cela, il faut tenir compte du fait qu’il y a apparemment des gens sur cette île qu’on ne connaît ni d’Eve, ni d’Adam. Ils auraient dû finir comme Greg Grunberg, cela aurait été plus intelligent. Enfin, je suis sûre que Greg, il serait mieux sur l’île que perdu dans Heroes.

Comme avant que j’arrête, j’aime toujours Locke, je ne comprends pas comment cela se fait qu’Harold Perrineau ne soit pas très inspiré dans sa performance, et je ne peux pas encadrer Sayid. Le temps a passé, et le plus drôle dans tout cela, c’est de reprendre, et de retrouver quasiment toutes les sensations que j’avais, il y a 4-5 ans.

Le rythme d’un épisode par semaine avait eu ma peau. Je suis dévouée à ma cause, je fonctionne officiellement à 5 par semaine. Je suis donc perdue sur l’île pour un petit moment. Je ne sais au final que très peu de choses de la série, et à vrai dire, je n’ai pas vraiment d’attente. Je ne peux alors qu’être surprise.

En attendant, je retourne sur l’île. On en reparle dans les commentaires, et dans des billets futurs.