The Good Wife

Les semaines passent et je me suis dit qu’il serait bien temps de commencer à regarder un peu où j’en étais avec cette rentrée de l’automne 2009. Cette saison a débuté de manière plutôt correcte pour les networks. Certes, quelques séries font des bides, NBC n’existe presque plus qu’à l’état de blague, mais dans l’ensemble, ça aurait pu être bien pire.

Le fait est que tous les ans, il n’y a que peu de séries qui méritent vraiment qu’on s’enthousiasme pour elles. Cela fait maintenant plusieurs années que je vis la rentrée au rythme US et j’avoue qu’avec le temps, je suis peut-être un peu blasé. Je m’en rends compte quand je lis sur l’Interweb des gens qui parlent de rentrée morose ou simplement mauvaise ou je ne sais quoi de peu glorieux, comme si habituellement toutes les nouveautés étaient excellentes et méritaient qu’on les regarde. Toutes sans exception.

J’en suis donc au point où 2-3 séries un peu au-dessus du lot, ça me convient. Cette saison, on a un retour de la comédie, et ça ne fait visiblement que commencer. Certes, le format multi-caméra est figé dans le temps, alors que le single-caméra est encore frais. Ça ne veut pas dire que la sitcom dite traditionnelle n’a plus rien à offrir, juste qu’une série comme Hank n’a plus sa place sur les grilles de programmes, parce que j’adore Kelsey Grammer, mais que je préfère qu’il reste Frasier dans ma mémoire et non qu’il tente de ne plus l’être sans y mettre de la bonne volonté.

Ma comédie préférée aurait pu être Community. Elle se bonifie chaque semaine, mais semble être juste le nouveau My Name Is Earl, une série que j’ai beaucoup aimé, mais qui a perdu son panache pour s’enfoncer dans ses routines. Certes, elle avait encore des munitions à la fin, mais elle était déjà presque oubliée à ce moment-là. Community possède un univers qui offre des possibilités, des personnages dont le potentiel comique est concret, mais il manque de l’ambition. Enfin, on verra.

Sinon, j’aime bien The Middle. Ce n’est pas hilarant, l’aspect nostalgique Malcolm in the Middle aidant, j’accroche bien et Patricia Heaton prend des risques, contrairement à son ex-partenaire de Back To You, ce qui donne un peu de fraicheur supplémentaire.

Donc, ma comédie préférée de la rentrée, c’est Modern Family. Honnêtement, c’est tout frais. Le Pilot m’a moyennement convaincu, le second n’a pas trop changé ça. Et puis voilà le troisième. C’est comme si soudainement il y a eu un déclic et que tout s’est mis à fonctionner à merveille. 22 minutes de pur bonheur qui ont été surpassées par l’épisode suivant vraiment génial. J’ai été convaincu et j’en redemande. Il y a aussi The Cleveland Show qui mérite presque autant.

Côté drama, FlashForward est arrivé avec un buzz important, mais a dû mal à prouver qu’elle le méritait. Ça reste correct, mais il va falloir plus. NCIS : Los Angeles est encore plus fade qu’on aurait pu l’imaginer. The Vampire Diaries a eu l’un des pires Pilot de la saison, mais s’est rapidement prise en main. C’est loin d’être qualifiable de bon, mais c’est devenu regardable et ça pourrait être plus si quelqu’un se décidait à virer l’ignoble bande-son toute baveuse. Melrose Place est ridiculeusement nulle et semble n’intéresser qu’un petit public qui regardait l’orignal, croyant déjà à l’époque que c’était bon. Je généralise, mais ce n’est pas glorieux pour la nouvelle. Mercy n’est pas désagréable, juste trop banale. Trauma et Three Rivers, on oublie. Eastwick semble fournir ce qu’elle promet, mais le public en voulait peut-être plus. J’en oublie surement.

Il nous reste donc The Good Wife que j’aime beaucoup parce que j’ai toujours un faible pour les Legal Drama, que depuis son passage dans The Sopranos, Julianna Margulies me compte parmi ses supporters et qu’en plus, la série offre des approches intéressantes. Je crains juste que l’affaire du mari soit un poids sur le long terme.

Côté retour, je ne vais pas tout passer en revue. Lie To Me s’est réellement améliorée, Dollhouse non. Castle continue à s’amuser sans tenter de révolutionner quoi que ce soit, et c’est probablement pour ça que c’est plus agréable à regarder. CSI retrouve lentement la forme – l’épisode Office Space était vraiment excellent. Fringe souffre d’une personnalité trop changeante et d’objectif qui le sont tout autant. House délivre du House, sans plus, ni moins. Taub me manque un peu, sans parler de Kutner. Supernatural fait ce qu’on en attend, tout comme The Mentalist qui pourrait quand même montrer un peu plus de courage. Idem pour The Big Bang Theory.

Sur le cable, Sons of Anarchy est purement excellente. Stargate Universe commence plutôt bien. Bored To Death ne me passionne pas du tout. Dexter remonte doucement la pente. Californication a la forme. Mad Men reste Mad Men. Ouf ! Entourage est terminée.

Il y a donc des hauts, des bas, pas mal de milieux. C’est la dure vie des séries tv, peu marqueront l’Histoire de la télévision, beaucoup marqueront celle d’individus, certaines sont déjà oubliées, et d’autres le seront bientôt. C’est comme ça tous les ans.

En relisant, je me rends compte que j’ai oublié quelques séries, mais l’idée générale est là. Je referais un petit bilan d’ici quelques semaines, afin de voir comment les choses ont évolué, car pour les vieilles et les nouvelles, quelques épisodes peuvent changer beaucoup.