Jumping The Shark ? Finalement, Olivia Pope l’a fait comme une vraie pro

16 Avr 2016 à 14:00

Olivia Pope (Kerry Washington) dans Scandal saison 5

Cet article contient des spoilers, spécifiquement un sur la fin de l’épisode 17 de la saison 5. Vous êtes prévenus !

Il fut un temps où il était difficile de concevoir que Scandal pourrait être accusé d’avoir « jump the Shark ». L’équipe de Shonda Rhimes était capable de faire avaler n’importe quelle couleuvre.

L’excès était un composant essentiel de la formule de la série. Plus c’était énorme, meilleur c’était. C’était sa marque de fabrique pour scotcher au canapé et, même après tout ce temps, on ne peut enlever au début de Scandal une énergie propre qui faisait fonctionner quasiment tous ses twists.

Entre les magouilles à la Maison Blanche et la dissimulation de cadavres pour sauver l’image du client chez OPA, tout allait très vite ; il suffisait alors de se laisser porter par ce flot de retournements de situation qui nous emmenait vers d’autres évènements encore plus énormes que les précédents.

Nous voilà maintenant en saison 5. Olivia Pope a mis son chapeau blanc au placard (voir l’a brûlé à ce niveau) et a pris une chaise pour tuer un homme. Après un telle scène se pose la question : comment en est-on arrivé là ?

Ce n’est pas tant l’acte qui pose problème. Après tout, plus de la moitié des personnages dans Scandal ont supprimé quelqu’un à un moment ou un autre. Le Président des États-Unis a tué Verna Thorne – alors qu’elle était à l’hôpital en train de mourir d’un cancer. Huck a semé les cadavres tout du long de la série, mais on s’arrêtera juste sur le fait qu’il a éliminé un bus rempli de jury. Aussi membre de B613, pas de doute que Jake a mis un terme à beaucoup d’existences, dont celle du mari de Cyrus. Le père d’Olivia s’est imposé comme un grand machiavélique qui a, entre autres, causé la mort du fils de Mellie et Fitz.

Des meurtriers, Scandal en possède un bon nombre. Olivia n’en faisait pas partie il y a peu. Malgré toutes ces choses horribles qu’elle avait vécues, toutes ces choses discutables qu’elle avait faites (et il y en a un paquet), elle parvenait encore à porter à l’occasion son fameux chapeau blanc. C’est fini maintenant.

Face à cet évènement, il y avait de quoi rester pantois et se demander à quel moment l’équipe créative de Scandal a choisi de prendre cette direction. Peut-on vraiment définir dans un show qui s’est construit sur des moments-chocs l’instant où il a « jump the shark » ?

La saison 5 de Scandal est une sorte de longue descente en enfer où les scénaristes nous laissent croire qu’on va enfin voir la lumière, mais que… non. Un épisode nous entraine dans la bonne voie en recentrant ses personnages sur ce qui compte pour que tout le travail effectué soit démoli la semaine suivante. Scandal est alors deux séries en une et cela ne fonctionne pas.

L’équipe scénaristique ne cesse de détruire ce qu’elle construit, d’avancer pour mieux reculer. Personne mieux qu’Eli Pope n’illustre cette idée, le père d’Olivia est increvable malgré le fait qu’il aurait pu être éliminé à de nombreuses reprises. Si on pouvait espérer que la fin (qui fut longue à venir) de B613 permettrait de tourner définitivement la page sur Papa Pope, c’était sans compter sur le penchant de Scandal à garder les pires composants de ses meilleures intrigues.

Les années passent dans Scandal et les expériences traumatisantes se multiplient. Certaines ont été gérées, mais des plaies refusent de se refermer. Les scénaristes ne savent plus comment faire pour laisser ce lourd bagage derrière eux pour que tout le monde avance.

Là où l’on pouvait imaginer l’intégration de Marcus à OPA comme une opportunité de reconnecter à ce qui avait fait la série à ses débuts, le petit nouveau est devenu un symbole de ce que les scénaristes ne savent plus faire. Huck et Quinn ont les meilleures raisons au monde de le tenir écarter, et cela illustre exactement tout ce qui ne va pas. Personne ne veut offrir à ce dernier une place dans le monde cruel de Scandal, et il est juste mis sur le côté alors même que la série a besoin d’avoir des figures pouvant l’entrainer dans des directions inédites.

L’usure face aux nombreux twists était ce qui était censé devenir le plus gros problème de Scandal. D’une certaine manière, on peut dire que cela s’est bien produit, avec un gros coup de pouce des scénaristes qui se sont embourbés dans leur histoire. Ils ont tenté de créer des crises surprenantes qui n’ont pas fonctionné, ils ont perdu leur capacité à étonner en utilisant toujours les mêmes rouages et se sont laissés consumer par leur message politique au détriment parfois de leur intrigue.

Jump The Shark ? Scandal l’a bel et bien fait. Quand ? C’est plus difficile à définir, mais cela est de l’ordre du détail. La question maintenant est de savoir si la série peut parvenir à se relever.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link