La saison d’été touche pratiquement à sa fin, plus que quelques semaines. Ce n’est pas encore le moment de faire le point sur tout ce que l’on a vu, mais, de toute façon, il semble que pour beaucoup, les séries d’été ne sont que de pauvres excuses pour rester devant la télévision au point qu’il ne serait pas vraiment bienvenu d’exiger un peu de qualité.

Et bien moi, je trouve cela dommage surtout que ça fait longtemps que je regarde des séries d’été qui ne sont pas forcément mauvaises.

Il y a de ça pas mal de temps, j’ai attendu un peu de Six Feet Under avec le soleil, j’ai passé deux étés plutôt bienvenus avec Dead Like Me. Monk revenait toujours pour accompagner les vacances (plus tard avec Psych). J’aimais également reprendre les aventures de Stargate SG-1 et retrouver Nancy Botwin (Weeds). Je ne rate jamais Rescue Me. Il y a aussi Mad Men depuis quelques saisons et il ne faudrait pas l’oublier. Californication débuta également durant cette période. John From Cincinnati était discutable, mais ambitieuse. Flight of The Conchords a été une bonne surprise estivale. Et puis, l’été vient souvent avec des miniséries pas toujours de mauvaises factures (oui, Empire était particulièrement mauvaise, mais n’en faisons pas une règle) tout particulièrement en Angleterre.

Et puis, Over There était ensoleillé, mais loin d’être légère, notons-le, tout comme The Cleaner d’ailleurs.

Je ne parle que de la dernière décennie, car franchement, avant ça je ne suivais pas les diffusions au rythme américain (ou anglais). De plus, avec les années, j’en oublie surement un certain nombre. Cela dit, il n’y a jamais eu énormément de séries estivales, mais celles dont je me souviens ne sont pas forcément sans intérêt.

Là où je veux en venir, c’est qu’il y a toujours eu des programmes manquant d’ambition que l’on pourrait croire uniquement destiné à la détente durant l’été, mais c’est également une période qui sait délivrer sa part de programmes de qualités ou, au moins, de divertissements pas trop mauvais.

Bien entendu, aujourd’hui, USA Network a pris les commandes de l’audimat en vendant des séries ensoleillées, mais il ne faut pas oublier que les séries de la chaine reviennent également l’hiver. TNT fait de gros chiffres avec des séries pas toujours de qualités, mais que l’on pourrait retrouver à n’importe quelle saison de l’année.

D’ailleurs, l’erreur est probablement de croire qu’une série comme White Collar (pour le besoin de l’illustration) n’a pas sa place durant la saison courante, surtout qu’elle fut lancée à l’automne dernier avec succès.

Les séries d’été sont légitimes et cette année fut assez fournies et pas que de bonnes choses, ça ne veut pas dire qu’il faut oublier qu’à l’automne il y aura des séries du même niveau. La grosse différence est probablement que, faute d’être submergé sous la quantité, durant l’été, plus de personnes s’intéressent à des séries qui ont bien moins d’intérêt, et ils finissent par croire qu’on n’en trouve des comme ça qu’une fois que la chaleur monte.

Le titre « Les séries d’été » est attribué aux séries qui sont justement diffusées l’été, pas aux séries qui sont systématiquement sans intérêt et diffusées l’été. Je trouve que l’amalgame est malheureux.