Terriers est arrivée il y a quelques semaines avec un accueil positif de la part des critiques, mais plus mitigés du côté des téléspectateurs. Il faut dire qu’au départ, on nous a vendu la série comme une comédie. Les premières promos ont semé le trouble, le pilote n’a fait que confirmer : c’est un drama avec une touche de comédie.

Mais peu importe dans le fond, car s’il y a eu une légère tromperie au point de départ, Terriers montre qu’elle a de quoi appuyer ses choix artistiques. Cela dit, la tonalité du show est devenue légèrement glauque avec l’épisode 3 et je commençais à me demander où on pouvait bien se diriger.

Et c’est à ce moment-là que l’on nous fait un Justified !

Pour ceux qui n’ont pas regardé cette autre série qui nous vient de FX, petite explication. Justified s’ouvre avec un pilote solide qui a été suivi par des loners qui ont divisé. Personnellement, je fais partie de ceux qui trouvent qu’ils étaient bons (et aurait été encore meilleurs avec plus de Tim Gutterson), mais une partie du public ne jure que par le feuilleton, et va être servi, car le Mashall Givens avait plus d’un tour dans son sac et va commencer à bâtir une sacrée mythologie autour de lui. La série grimpe alors d’un cran pour ne plus s’arrêter.

Pour Terriers, c’est approximativement la même histoire, car même si ça devenait glauque, c’était toujours bon, mais les épisodes 4 et 5 ont juste poussé la série vers le haut en reconnectant avec l’intrigue du season premiere.

Et même si on nous laisse penser que l’on pourrait s’arrêter là, il est évident que ça ne sera pas le cas.

La question qui se pose désormais est de savoir quelle tournure la série va prendre en retournant vers des épisodes indépendants (en attendant donc de retrouver la grosse affaire).

Cela dit, ce sont les protagonistes qui font la force du show et si les deux derniers épisodes fonctionnent mieux, c’est peut-être aussi parce que Hank et Britt ont simplement été dirigés dans une direction qui leur a permis d’exploiter leurs particularités. Entre le cambriolage, le non-meurtre et son cadavre, les manipulations d’avocats, et les menaces en tout genre, les deux détectives n’ont pas eu le temps d’être handicapés par leurs femmes (ex ou futures). Car, à l’exception de la sœur de Hank, les personnages féminins de la série ne sont pas véritablement réussis.

Quoi qu’il en soit, Terriers a prouvé qu’elle pouvait délivrer ce qu’elle promettait, avec sa dose d’humour, ses mystères, et un gros paquet d’embrouilles pour ses deux héros.