The Killing : il pleut toujours à Seattle

25 Avr 2012 à 8:00

Voilà maintenant un mois que The Killing est revenu sur AMC pour une seconde saison qui doit résoudre le meurtre de Rosie Larsen. Avant que l’enquête puisse concrètement reprendre, il a fallu démêler le sac de nœuds dans lequel la série était prise suite au final de la première saison.

Après 5 épisodes, une chose est sûre : on peut toujours compter sur Veena Sud pour prendre quelques vulgaires raccourcis. Chance pour elle, elle a des acteurs déterminés à faire avaler n’importe quelle pilule à commencer par Mireille Enos, qui doit encore moins sourire que la saison dernière, et Joel Kinnaman, qui alterne entre la figure tragique, le second degré et le flic un peu trop impulsif. C’est tout un art de maintenir la cohésion des protagonistes, et rien à dire, le casting excelle à bien des niveaux.

Gros soulagement en tout cas au cours de ce début de seconde saison, et que j’attendais depuis la première : The Killing a définitivement pris ses distances avec l’original Forbrydelsen. Comme si la petite apparition de Sofie Gråbøl (l’interprète de Sarah Lund) dans la reprise marquait alors officiellement l’émancipation de la série.

Rien à dire non plus, Veena Sud se lâche sur tous les fronts, prête à nous fournir les plus excessifs retournements. S’il ne pleuvait pas autant à Seattle, et que Linden n’avait pas l’air aussi déprimé et/ou intense la plupart du temps, on serait presque à plonger dans le daytime soap tellement la showrunner n’y va pas par quatre chemins.

Ainsi, elle nous cloue au lit Richmond, qui se retrouve paralysé des jambes après s’être fait tirer dessus. Billy Campbell, peu enthousiasmant au cours de la première saison, voit au moins là l’occasion de se distinguer et de fournir une nouvelle épaisseur au personnage, toujours grandement soutenu par Eric Ladin (aka Jamie) – qui reste mon personnage préféré dans cette partie politique.

Du côté des Larsen, Mitch s’est fait la malle, ce qui n’est pas plus mal. Après tout, après l’avoir rendu détestable pendant la saison 1 – ce qui était quand même assez impressionnant –, son éloignement donne toute la place nécessaire à Terry de s’installer chez elle pour tenter de maintenir la cohésion familiale et d’explorer l’un des rouages scénaristiques que je déteste le plus : la sœur éprise du mari de sa sœur. Avant d’en arriver là, Stan vogue entre l’homme qu’il est et l’homme qu’il était pour que la mafia reste dans le décor, bien que Sud ne se soit pas trop donné la peine de crédibiliser cela, faisant plus que frôler la grossière caricature.

Et l’enquête dans tout cela ? Elle progresse approximativement de la même façon qu’avant, avec des preuves qui finissent enfin par sortir du placard pour réorienter l’enquête ou qui sont déposées sur le pas de la porte (celui des Larsen, pour être précise). J’admets, je ne sais pas trop comment ils font pour être aussi convaincus qu’ils suivent la bonne piste par moment, mais ils foncent avec détermination. Je crois que les choses commencent à devenir un peu plus concrètes quand même, ce qui n’est pas du luxe. Linden s’est en tout cas drôlement affirmée au cours de ces cinq premiers épisodes, prise entre l’enquête et ses devoirs de mère. Sa nature obsessive et bornée n’est plus évoquée, elle est illustrée et, avec tous les faux pas que fait The Killing à chaque épisode, la série doit alors sans conteste à son héroïne dont les convictions, même quand elles sont fausses, sont communicatives.

The Killing se fait donc assez excessive dans ses évolutions narratives, s’étant totalement émancipée de sa source. Cela rend en tout cas mon visionnage bien plus agréable, moins obnubilée par la mauvaise adaptation qui est délivrée et acceptant de façon étrange tout et n’importe quoi, juste pour suivre un de mes duos de flics préférés et regardant chaque épisode avec l’angoisse que la storyline de Richmond explose littéralement sous mes yeux. Il ne reste plus maintenant qu’à la série à me (re)donner envie de savoir qui a tué Rosie Larsen.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link