The Mighty Boosh

Cela fait maintenant 2 ans qu’il n’y a pas eu d’épisodes inédits de The Mighty Boosh, alors pourquoi donc que l’autre il nous en parle ? – vous demandez-vous perplexe. Et bien, pour plusieurs raisons. Déjà, récemment, j’ai rédigé une chronique (publiée d’ici à quelques semaines) en rapport avec la série, puis parce que la presse américaine en parle également pas mal en ce moment à cause de la venue des Boosh aux USA et de la sortie des DVDs.

J’avais songé à faire des critiques, des bilans, mais mettre des mots sur l’œuvre des Mighty Boosh n’est pas forcément chose aisée vu la richesse de l’univers et ma paresse (surtout ça en fait). De plus, les fictions britanniques n’intéressent pas énormément nos lecteurs – en particulier quand il n’y a pas de Timelord dedans -, alors une comédie anglaise qui date légèrement a peu de chance de trouver son public sur le site.

On en arrive donc au moment où je commence réellement à parler de The Mighty Boosh. De Vince Noir et de son comparse Howard Moon, mais aussi de Naboo, Bollo ou encore Bob Fossil.

Pour ne pas vous emmener dans une mauvaise direction, The Mighty Boosh n’est pas une œuvre intellectuelle – je connais la propension dse français à intellectualiser la télévision britannique, pfff. Non, c’est une comédie qui est juste unique en son genre, notamment grâce à son visuel, ses personnages, ses délires fantasmagoriques, sa mythologie, et j’en passe. Le tout trouvant racine dans un budget super limité qui oblige à l’innovation et dans les têtes de Julian Barrat et de Noel Fielding.

L’histoire de The Mighty Boosh a son origine dans un spectacle comique que le duo a créé et fait évoluer, gagnant succès et popularité. La série n’est qu’une étape, car les tournées ont continué. Je m’intéresse plus à la série, car je n’ai pas eu l’occasion de les voir sur scène.

Donc, The Mighty Boosh raconte les aventures de Vince Noir, personnage androgyne, icône de la mode, et son ami Howard Moon, amateur de jazz ringard. Tout ou presque les oppose, mais ils travaillent ensemble au Zooverse, un zoo (forcément). Enfin, durant la première série de 8 épisodes, car chaque année le décor change. Cela a d’ailleurs été critiqué, mais ça n’a pas ralenti le show pour autant.

Le plus difficile quand on parle de cette série, c’est qu’il n’est pas évident de la décrire quand on sait qu’en face des personnes qui ne la connaissent pas, ne pourront pas comprendre. Donc, j’opte pour quelques images, histoire de vous montrer un peu de quoi il retourne.

Chaque épisode de la saison 1 était introduit par Vince et Howard de la manière suivante :

Chaque épisode contient des moments musicaux. Les styles varient pratiquement à chaque fois. Quelques exemples :

Pour finir, un petit extrait hilarant, comme dirait BBC Worldwide dans la description

Vous voilà donc un peu plus informé sur le sujet, si ce n’était pas déjà le cas.

L’arrivée de la série en France me parait peu probable (je n’ai pas trouvé d’infos sur le sujet), donc je ne peux que vous recommander de vous procurer la série en DVD – import UK. Le coffret intégral est plutôt bien fournit niveau bonus.

Pour finir, si vous être intéressé par un traitement plus approfondi sur le site, je pourrais certainement trouver le courage quelque part. On ne sait jamais.