Un été en séries

La rentrée officielle des séries télévisées aura lieu le 18 septembre, mais les séries qui auront égayé l’été ont déjà commencé à s’arrêter alors que d’autres sont sur le point de se finir. Le moment est donc parfaitement choisi pour revenir sur les 2-3 mois qui viennent de s’écouler.

La saison estivale ne fut pas trop avare en nouveautés, mais peu suscitèrent l’envie de m’investir. La bonne et inattendue surprise de cette saison estivale est venue d’USA Network. L’établissement d’une formule trop rodée pour cette chaine câblée m’avait quelque peu lassée, ce qui fait, qu’avec son poster cliché, je n’attendais pas grand-chose de Suits, si ce n’est d’être surprise. Et, surprise, justement, je fus. Cette série d’avocats a su sans difficulté se démarquer des autres productions de la chaine en parvenant à s’affirmer à travers un style différent et surtout en n’étant pas simplement propre sur elle. En tout cas, s’il ne devait en rester qu’une, c’est bien celle qui m’a donné envie d’allumer ma télévision toutes les semaines. Cela, et le fait que je sois sous le charme d’Harvey (que voulez-vous …).

Suits se retrouve alors rapidement suivie par Wilfred, qui, désolée pour les fans, me fait plus rire que Louie (et j’assume totalement). Les blagues canines sont diablement efficaces, Elijah Wood en Ryan à la fois paumé, attachant et manipulable est parfait. La saison n’est pas vraiment consistante, mais elle a su trouver un bon rythme et vraiment me faire rire.

Sans être totalement charmée, les Alphas de Syfy sont au moins là pour démontrer que la chaine peut encore faire des séries qui ont pour vocation de faire plus que de simplement divertir sans faire réfléchir. Il y a une ambition latente dans Alphas, beaucoup de secrets, et des personnages qui sont assez complexes (sauf peut-être Cameron). Des éléments que j’apprécie et qui donnent le jour à un show au ton assez différent – en tout cas de celui de Warehouse 13, sa compagne de route, dont la saison vient à peine de décoller.

TNT aura pendant quelques semaines diverti avec Falling Skies, sympathique série de SF qui souffre d’être trop prévisible et d’un manque de budget assez agaçant. Là où le show s’impose, c’est définitivement avec son casting et la famille Mason, où il n’y a pas eu une fausse note du père aux fils. L’humanité des personnages a permis de donner vie aux épisodes – sans oublier le passage de Blair Brown que j’ai trouvé plutôt marquant.

Enfin, je dirais que dans un pur moment estival (après tout, j’ai arrêté Royal Pains cette année), j’ai regardé la très décontractée Franklin & Bash, qui assume tellement sa nonchalance au point que je me suis prise au jeu de ces deux charmants avocats.

Enfin, il va de soi, il n’y a pas que des nouveautés, mais aussi des retours, et, étrangement, celui de True Blood fut l’un des plus satisfaisants. Cela ne place pas la barre tellement haut pour moi, mais après une plus que médiocre troisième saison, cette quatrième a su divertir quasiment d’un bout à l’autre, n’a pas trop souffert de baisse de régime, et a su (miracle !) ne pas étendre à l’abus ses intrigues. Dommage qu’Eric soit si insipide, mais au moins, Bill est The King !

L’énorme déception de cet été se révèle être sans doute possible les inédits de Futurama à mes yeux. Alors que la première partie (de l’été dernier) avait su offrir à la série un bon retour sur les écrans (et même au moins deux épisodes vraiment marquants), cette seconde partie fut un enchainement d’épisodes quasiment dénués de cohésion, où tout ce qui fut construit ou presque a disparu. Je lui reconnais au moins dans ses derniers épisodes d’avoir retrouvé un peu de dynamisme, mais cela n’enlève rien au véritable raté qui a été servi.

Même si je dois oublier quelques séries américaines dans le lot, je termine ce billet sur Rescue Me, qui va bientôt quitter le petit écran. Le drame du 11 septembre toujours là, une ambiance plus comédie qu’autre chose, quelques perles dans les petits moments dramatiques, la vie de la caserne, la famille Gavin … La fin s’annonce émotionnelle pour cette série qui sait passer de la comédie à la tragédie avec une aisance déconcertante.

Cet été 2011 aura été à sa façon bien moins mouvementée que celui de l’année dernière. D’ailleurs, de loin, il n’était pas très ensoleillé, ni très exaltant. Mais, je suppose, en écrivant ces mots, j’ai un peu oublié toutes mes complaintes de juillet et de début août pour ne retenir qu’une grosse part du bon et qu’un petit peu des déceptions. Encore une fois, le temps a certainement manqué, je n’ai pas regardé la moitié de ce que j’avais planifié, la saison estivale est déjà derrière nous (ou presque), et nous approchons de la rentrée …

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires