La semaine prochaine, il n’y aura pas de critique de No Ordinary Family. J’ai officiellement donné tout ce que j’avais en moi à cette série, mais quand il en devient pénible d’écrire dessus et qu’il se trouve que je ne dois de compte qu’à moi-même, il n’y a pas de raison de souffrir plus que nécessaire.

Si No Ordinary Family n’était pas le projet de la saison qui me faisait saliver d’impatience, j’espérais que la série parviendrait à tirer son épingle du jeu, avant tout car elle a un casting que j’apprécie. C’est d’ailleurs une des rares choses que je retiendrais en terme de qualité dans ce visionnage, les acteurs font majoritairement du bon boulot. Ce n’est pas pour autant que c’est réellement facile de créer une sensation d’aboutissement ou même de maitrise. Le fait est qu’il y a une impression de superficialité persistante qui ressort de plus en plus de la série. Le naturel n’est même plus présent au sein de la famille, tellement les interactions se font de façon mécanique.

Le show n’est pas non plus aidé par une absence totale d’ambition. Elle parait aller nulle part, et l’équipe créatrice s’acharne à ne pas se pencher sur la seule storyline qui pourrait faire progresser l’ensemble. Stephen Collins fait une à deux scènes par épisode, réduit à un rôle de méchant sans consistance, sans poids et sans intérêt. Il fait des expériences, mais cela ne m’avance guère. Il n’y a donc aucune épaisseur fournie, et les enjeux ne peuvent pas prendre de l’importance si personne ne daigne leur en donner.

En fait, j’en suis venue à me demander si cette partie de la série ne fut pas imposée ou alors si elle se trouvait dans le pitch de départ, mais qu’une fois qu’il a fallu se pencher sur la question, quelqu’un a réalisé qu’il n’avait aucune idée. No Ordinary Family s’est vite transformée en une gentille série familiale où il se trouve que les membres de la famille ont des pouvoirs. Même sous cet angle, les aspects super héroïque et pouvoir ne sont pas forcément inintéressants, mais cela n’est pas creusé.

Le problème de No Ordinara Family est, à mes yeux, bien simple : elle n’a strictement rien à dire. Qu’importe l’angle par lequel je cherche à la prendre, il y a un truc qui ne va pas. Cela me frustre, car je tends à penser que la série aurait pu devenir quelque chose. Je ne dis pas forcément qu’elle avait ce qu’il fallait pour être génial, mais avoir au moins de l’intérêt.

Pour le coup, je n’ai rien de plus à ajouter. Je pourrais aisément prendre point par point tout ce qui me parait mal exploité, bancal ou non inspiré dans la série, et écrire pendant plusieurs pages sur la question, mais je ne crois pas que cela vaille la peine que je m’acharne – je n’ai pas de thèses à écrire sur la série !

Ainsi, je remercie tous ceux qui ont lu mes critiques de No Ordinary Family, et je souhaite un bon visionnage à tous ceux qui ont choisi de poursuivre l’aventure !