Gil Grissom / William Petersen (CSI - Les Experts)

Je suis devant un épisode de la dernière saison de CSI. Scène d’introduction, générique, enquête qui prend forme. Tout va bien, l’intrigue se met en place, et je me mets à penser : « Mais où est Grissom ?« . Pour répondre à mon interrogation, à peine 5 secondes après avoir eu cette pensée, Raymond Langston fait son apparition. Ah oui, Grissom n’est plus dans la série, j’ai eu un moment d’absence ! Un gros moment d’absence même !

Je me doutais bien que le départ de William Petersen ne serait pas une mince affaire à gérer, mais j’avais aussi foi en l’équipe scénaristique, qui, au cours des huit premières années avait démontré sa capacité à se remettre en cause, à tenter, essayer, le tout dans le but de permettre à CSI de continuer sa progression et d’évoluer.

La saison 9 nous avait introduits à Langston et Riley avec un succès moindre. Le premier prenait ses marques doucement, tandis que la seconde était tout simplement insupportable. Elle arrivait quand même sur la fin à prendre une place dans l’équipe. Mais, de toute façon, cela a peu d’importance, car en coulisse, tout le monde s’est rendu compte que quelque chose n’allait pas, et elle a plié bagage – démonstration que rien n’est complètement acquis et qu’ils sont bel et bien capables de se rendre compte des imperfections du programme. Sans regret, elle ne manque aucunement. D’un autre côté, elle avait un avantage : nous canalisions notre mépris sur elle, alors que Langston déballait ses cartons. Elle n’est plus là pour cela, et autant dire que ce début de saison 10 a mis en évidence à quel point le personnage est faible et quasi sans intérêt. Il ne s’intègre aucunement à notre équipe, et il est évident que même les scénaristes luttent pour l’utiliser – le plus souvent en solo ou en voie de la sagesse.

Résultat : avec notre pseudo serial killer, le Dr. Jekyll, je vois ici une porte de sortie pour le personnage, qui pourrait se faire zigouiller et donner le jour à un retournement de situation énorme, une enquête d’envergure et permettre enfin à l’équipe de retrouver une vraie dynamique. Bien sûr, c’est mon fantasme personnel qui s’exprime !

Les années passant, Nick est devenu mon personnage préféré, autour duquel fut bâtie une bonne partie des meilleurs épisodes de ces dernières saisons, et avait tout ce qu’il faut, épaulé de Catherine, pour prendre la place de Grissom. En fait, aujourd’hui, c’est un peu ce qu’ils font, mais l’exploitation laisse à désirer. Pourtant, ce n’était pas bien compliqué : Catherine devenait la chef, Nick son bras droit, Greg prenait les fonctions de Nick (pour mon plus grand plaisir, on se retrouvait à l’exploiter), Sara de retour dans le coin, fait Sara, et si besoin est, on essaie subtilement et intelligemment d’y intégrer un jeune, pas incompétent, mais qui a démographiquement parlant sa place. Car, autant dire que si certains n’aiment pas qu’on aborde les personnages sous cet angle-là, CSI est l’exemple même que le pedigree à son importance. Sans connotation négative, car c’est avant tout pour une question de dynamique de groupe – celle que les scénaristes tentent depuis deux saisons de ranimer.

Ils ont des difficultés, et ils le savent. La preuve : Wendy et son envie d’aller sur le terrain apparaissent comme une façon parfois bien peu subtile de connaître l’avis du public. Ce serait une mauvaise décision, on voit déjà beaucoup trop Wendy. Mais, ce qu’incarne encore plus cette idée, c’est la difficulté qu’il y a à intégrer de nouveaux personnages solides. C’est sûrement dans ce domaine qu’ils rencontrent le plus d’obstacles. Pourtant, des protagonistes comme Keppler ont démontré qu’ils pouvaient le faire très bien.

Après 10 ans, CSI a ses routines et ses standards, mais elle a aussi encore des choses à dire, et elle se bat pour cela. Elle a une volonté que peu de show ont, elle a encore des idées, de l’imagination et des personnages qu’on affectionne beaucoup. En fait, si je me retrouve devant un épisode de CSI et que sans m’en rendre compte, je me demande où est Grissom, c’est qu’au fond, la série ne s’est pas encore remise de ce départ, n’a pas retrouvé ses marques, et cherche toujours son équilibre après s’être fait arraché un membre. La douleur finira par passer …