8 avril 1990, sur ABC, l’agent Dale Cooper arriva dans la petite ville de Twin Peaks (Washington) pour enquêter sur la mort de la jeune, belle et populaire Laura Palmer.

Vous connaissez, vous l’avez probablement vu, mais peut-être pas en 1990. Il y a 20 ans, donc, que la série de David Lynch et Mark Frost est apparue sur les écrans américains, avec son lot de mystères et de personnages étranges.

Honnêtement, je ne sais qui était le plus allumé dans cette ville, à part peut-être Leland, mais il avait ses raisons. Franchement, il y avait une belle brochette de weirdos dans cette petite ville. Mais pas seulement, car la bonne femme à la buche n’était rien en comparaison du comportement d’autres. Il y avait clairement une ambiance malsaine, c’était peut-être à cause de la météo du coin, allez savoir.

Donc, qui a tué Laura Palmer ? Bob, mais ça, c’est la longue histoire, la courte est celle de ce mystère qui permis à la série de fidéliser ses spectateurs. Rien de surprenant, me direz-vous, car aujourd’hui on a ça partout, mais à l’époque ce n’était pas monnaie courante, et il se trouve que pour cette série en particulier, c’était indispensable. Il faut dire qu’il était difficile de se lier facilement aux habitants de Twin Peaks et que style du show était très atypique, pour ne pas utiliser le mot expérimental. Du coup, la mort de la jeune (et pas si innocente que ça) Laura était le point d’ancrage pour le spectateur.

Pour ma part, j’avoue que ça m’a aidé pour entrer dans l’univers – entre les weirdos et le côté soap, c’était un peu nécessaire – et c’était vraiment bien construit de ce côté-là. Le problème, c’est que ça ne pouvait pas durer éternellement et une fois que la vérité nous est révélée, il a fallu rebondir. Je n’ai pas vraiment aimé la suite, l’histoire de Windom Earle, l’ex-collègue devenu barge, m’a paru un peu trop faible au départ.

Et la fin ? Pour ce que je m’en souviens, c’était dans l’esprit de la série, mais je crois surtout qu’arrivé à ce point, je n’arrivais plus à m’intéresser à ce qui se passait de toute façon.

Bref, Twin Peaks est un ovni qui marqua l’histoire de la Télévision au point qu’aujourd’hui encore on ressent son influence. La preuve avec Happy Town, une nouvelle série qu’ABC voudrait vendre comme étant une sorte d’héritière ou je ne sais quoi. Les premiers retours semblent aller contre ça. La vérité est que le nom est devenu mythique et peut servir à créer un buzz, mais aucun network ne ferait une série identique aujourd’hui.

Pour ceux qui ne connaissent pas et qui voudraient se lancer dans l’aventure, il ne faut pas débuter avec le film Twin Peaks : Fire Walk with Me. C’est certes une préquelle, mais elle doit être vue après, même si je recommande de ne pas la voir du tout. Franchement, j’ai détesté. Je n’y ai pas du tout retrouvé ce que j’aimais dans la série et j’employais même le terme « trahison » à une époque pour le décrire. Ça fait longtemps maintenant, n’ayant jamais eu envie de le revoir, je ne sais pas si le sentiment serait toujours le même.

Quoi qu’il en soit, Twin Peaks fête ses 20 ans aujourd’hui, ça valait bien quelques mots pour l’occasion.