Midnight Man (Série Complète)

midnightman 103 - Midnight Man (Série Complète)

Episode 1

Max Raban est un journaliste vivant avec un peur handicapante, même dans son métier, il a la phobie de la lumière du jour. Il vit donc la nuit, enquêtant sur ce qu’il peut. Son ancien éditeur accepte de lui donner un job, mais Max va vite s’en détourner pour s’intéresser à la mort d’un jeune britannique d’origine iranienne. Il va rapidement devenir la cible d’une organisation qui supprime ses ennemis politiques en maquillant les assassinats en accidents.

Mini-série en trois parties pour la chaine britannique ITV, Midnight Man met en scène le toujours excellent James Nesbitt. Ce dernier endosse le rôle d’un journaliste effrayé par la lumière du jour et adepte des complots en tout genre. Sa carrière a été ruinée après qu’il ait livré l’identité d’une source, une jeune femme qui, à la suite de ça, s’est suicidée. Sa vie est donc plutôt compliquée, surtout d’un point de vue familial, sa condition n’aidant pas. Il passe quand même voir sa fille pour lui faire partager ses idées paranoïaques.

Avec Midnight Man, ITV nous ressort l’habituelle histoire d’un journaliste sur les traces d’un complot politique gouvernemental. Une thématique qui commence à sentir le réchauffer, et c’est surement pour cette raison que le personnage principal sort du classique modèle d’idéaliste pour n’être qu’un homme déchu tentant sans conviction de se soigner.

Comme d’habitude, James Nesbitt s’approprie son rôle à merveille, mais il n’est pas le seul nom connu au générique. A ses côtés, on retrouve Catherine McCormack, Rupert Graves et Alan Dale qui vient faire une apparition.

Ce premier épisode met en place l’histoire sans trop se perdre en explication, de façon à entretenir le mystère. Certains développements sont prévisibles, comme la rencontre avec le cousin de la première victime et ce qui va lui arriver. D’autres le sont moins, comme la fin surprenante de l’épisode, avec la mort assez inattendu d’un personnage secondaire. Étant en trois parties, on comprend que peu de détours seront pris avec cette mini-série, ce qui n’est pas franchement un mal, surtout avec une histoire de complot gouvernemental. On évite donc de nous laisser dans le noir avec la place de chacun, les « méchants » se démasquant sans trop tarder. Il nous reste bien sûr beaucoup de choses à découvrir, le suspens étant assez bien géré, et la conclusion de l’épisode motive pour voir la suite.

Midnight Man souffre donc un peu du manque d’originalité de ses thèmes, mais est suffisamment bien monté pour divertir et captiver.

Episode 2

Max arrive chez lui et trouve la police emmenant sa fille. Sa femme vient de se faire assassiner et il est le premier suspect. Le véritable tueur va venir à sa rencontre et va lui révéler le peu qu’il sait avant de se suicider. Alice Ross commence à croire Max et va confronter son supérieur pour avoir des explications sur la liste.

Dans cette seconde partie, Max va courir dans tous les sens, brasser énormément d’air, mais ne va pas accomplir beaucoup. En fait, la nécessité de faire une mini-série en 3 parties devient assez questionnable quand on voit la tournure que prend ce second épisode. Certes, il faut ménager le suspense, mais on a plus souvent l’impression de voir Max courir après des fantômes de que faire une véritable avancée.

Le souci majeur vient de la construction de l’épisode. Quand Max est à court, les infos lui tombent tout cru dans le bec, comme avec le tueur de sa femme qui apparaît sortie de nulle part, qui se suicide, mais cela va relancer le journaliste sur une piste. De plus, on ne peut pas dire que Max soit quelqu’un de très sensible. Sa femme est morte, mais le choc n’a pas été d’une grande force. En fait, l’évènement ne semble qu’être un argument pour convaincre les autres de l’aider. Quand le tueur se suicide devant lui, il est surpris, mais lui fait rapidement les poches avant de s’éclipser comme si de rien n’était.

Rien ne parait donc assez fort pour freiner Max dans sa quête de vérité. Son obsession est peut-être liée à sa pathologie, mais on a plus l’impression qu’il y a une volonté à ne pas trop sortir de l’enquête. Le personnage devient alors plus froid, surtout quand il va voir la femme pour obtenir le disque, lui annonçant banalement que son mari est mort, mais lui, il veut le disque. Elle n’a pas le temps d’enregistrer l’information qu’il devient pressant pour obtenir ce qu’il veut.

Du côté d’Alice Ross, ça se termine quand tout commence. Catherine McCormack en est réduite au minimum syndical et son rôle dans l’affaire est réduit au strict nécessaire.

Sans être déplaisante, cette seconde partie se perd en se concentrant sur les faits, n’apportant rien de plus sur le côté humain. Faible en révélations, cet épisode laisse présager une fin moins captivante que l’on aurait voulue.

Episode 3

Max arrive à temps pour réanimer Alice. Ensemble ils vont tenter de faire tomber Hagan et révéler au monde l’existence de ses activités. Pour commencer, il leur faut la vidéo du meurtre de Danush.

Troisième et dernière partie de la dernière mini-série d’ITV. Alors que l’on pouvait se demander, jusque-là, à quoi pouvait bien servir le personnage de Catherine McCormack, on va enfin la voir faire équipe avec Max. Un duo quasi comique, elle étant affublée de troubles obsessionnels compulsifs, et lui est effrayé par la lumière du jour, ce qui ne le ralentira pas beaucoup. En fait, cette maladie psychologique ne semble revenir que par à-coup, Max se baladant en plein jour pendant une grande partie de l’épisode.

Cette troisième partie ne tient d’ailleurs pas beaucoup la route. Les rebondissements sont presque tous prévisibles. Le personnage de Max ne cesse de se contredire, que ce soit dans ses idées ou son comportement. Et pire que tout, le dénouement est d’un ridicule déconcertant. Tout porte à croire que le journaliste est condamné, que tout a été bien mené de façon a ce qu’il ne puisse pas s’en sortir, mais non, en moins de cinq minutes, l’histoire va se démêler. Il faut dire que les conséquences de ce complot ne nous sont pas révélées. On sait que Max s’en sort, et c’est tout. Que va-t-il advenir d’Alice ? Qui va payer le prix pour toutes ses morts ?

Bref, cette fin bâclée n’est que le résultat d’une suite d’évènements pas qui se suivent sans véritable cohésion. Il est dommage qu’avec une idée de départ, certes peu originale, mais pas dénuée d’intérêt, on se perde en enchainant les clichés sans prendre le temps de leur donner des fondements.

James Nesbitt arrive même à devenir ridicule, son personnage manquant autant de cohésion que l’histoire dans laquelle il évolue. Alan Dale aura cumulé 10 lignes de dialogues, au grand maximum, sur toute la mini-série. Ne parlons même pas de Rupert Graves qui a juste l’occasion de faire un peu plus. Catherine McCormack s’en sort mieux, son personnage perdant tout de même une grande partie de son intérêt avant la fin.

Bref, au lieu de remonter le niveau, cette dernière partie conclue d’une manière peu mémorable, une mini-série qui, sur le papier, était prometteuse, mais qui s’est montrée, globalement, à peine divertissante.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires