Primeval – Bilan de Saison 1 (Nick Cutter et les portes du temps)

Primeval
On continue dans la série des oubliés de l’année. J’avais fait une petite review du pilote en février dernier. Ouah ! Ça fait un bail déjà. Vous savez comment c’est en février, tout reprend, même les séries du câble. Entre nouveautés et séries déjà entamées, pas le temps de tout regarder. Je m’étais donc arrêté au pilote. Fin juillet, je me dis qu’il serait temps de m’y mettre et j’ai donc regardé en presque continue la saison1. Il faut dire qu’il n’y a que 6 épisodes…

Alors, après avoir relu ce texte génial que j’ai écrit sur le premier épisode, et bien voyons donc ce qu’il se passe pour Nick Cutter et sa bande de bras cassés.

Déjà j’ai été assez surpris, et je dirais même plus, agréablement surpris par cette série. Le pilote ne m’avait pas plus motivé que ça, c’est vrai, mais je me suis vite pris au jeu et je me suis attaché aux personnages, enfin pas à tous. Stephen pourrait se faire écraser par un T-Rex que j’en aurais rien à faire. Il n’est là que pour sa belle gueule et n’est pas franchement développé.

Les épisodes vont nous présenter à chaque fois un cas de faille avec son type de monstre, mais on n’est pas dans le genre de série qui ne se concentre que sur le monster of the week. En parallèle, l’intrigue principale se développe et des personnages secondaires apparaissent. En fait, Primeval a le mérite d’être une série anglaise. La façon dont c’est écrit, le développement des relations entre les personnages, le bénéfice d’une saison courte, et les différents niveaux des intrigues développés pour nous mener au bout de la saison, je ne dirais pas que c’est typique, mais on voit ça dans beaucoup de séries britanniques. Ce qui fait donc la force de cette saison, c’est de former un tout. 6 épisodes qui pourraient n’en former qu’un. Pas de ralentissement dans l’histoire, pas d’intrigues inutiles, et une conclusion qui nous pousse à en vouloir plus.

Tout n’est pas parfait pour autant. Je trouve que l’idée de « Rex » est plutôt ridicule. Les arrivées et disparitions d’Helen défient parfois la logique même. Le personnage de Lester est un peu trop caricatural par moment. Les gros plans sur le derrière d’Hannah Spearritt quand celle-ci se balade en petite culotte, je ne m’en plaindrais pas, mais ce n’était peut-être pas la peine de le faire dans la moitié des épisodes (voir plus, je n’ai plus trop fait attention à force).

Voilà, je dois maintenant conclure. Je promets de faire de mon mieux pour vous parler de la saison 2 quand elle sera diffusée, et non 6 mois plus tard.

Tags : Séries Anglaises Primeval moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link