Arde Madrid Saison 1 : Franco au bord de la crise de nerfs

Arde Madrid Saison 1 - Arde Madrid Saison 1 : Franco au bord de la crise de nerfs

Mise en ligne sur france.tv en Mars dernier — et disponible sur Salto, Ardre Madrid est une série espagnole crée par le couple Anna R. Costa et Paco Leon (La Casa de las Flores) qui cumule ici les casquettes d’acteurs et réalisateurs de ces 8 épisodes d’une trentaine de minutes constituant cette première — et unique — saison.

Tout débute lors de l’arrivée d’Ava Gardner (jouée par Debi Mazar) dans l’Espagne des années 50. La vie dissolue de l’actrice américaine et ses possibles sympathies communistes alertent le pouvoir franquiste qui décide de s’adjoindre les services d’Ana Mari (Inma Cuesta). Cette vieille fille acariâtre, idolâtrant El Caudillo, se retrouve dotée d’un faux époux et d’une mission, espionner et rapporter les faits et gestes de l’icône du cinéma.

Ici, tout n’est que pure fantaisie. Enfin, presque tout, les scénaristes ont confectionné des personnages et intrigues totalement fictifs autour d’une anecdote véridique — les relations de voisinage houleuses entre Ava Gardner et le président argentin en exil Juan Perón (Osmar Nuñez). Celle qui occupe le devant de la scène, c’est bel et bien Ana Mari. Cette femme rigide, pieuse et prude va, au contact de celle qui fut surnommée « le plus bel animal au monde », s’appréhender, découvrir le plaisir des corps, pour mieux s’affirmer et ainsi s’émanciper de ce que cette société patriarcale attend d’elle.

Dans le prolongement d’Ana-Mari, Ardre Madrid tient à mettre en avant des femmes en pleine révolution, de Pilar (Anna Castillo), femme de ménage désirant prendre le contrôle de son corps à Isabel Perón (Fabiana García Lago), la seconde femme de Juan Perón, qui est déterminé à retrouver le rang qui lui est dû. La série fait souffler un vent de féminisme sur les années Franco. En effet, les scénaristes jouent avec le machisme ambiant de l’époque, en mettant au cœur de leurs récits des personnages masculins faussement dominants qui s’avèrent être aussi faibles que menteurs. C’est notamment le cas de Manolo (Paco León), le faux-mari d’Ana Mari, qui ne cesse de demander l’aide de cette dernière afin de se sortir de ses petites magouilles.

Mais le cœur d’Arde Madrid se trouve au sein de son générique, une succession de corps se dénudant face à la caméra. Oui, le visionnage des épisodes peut, à certains moments, être assez caliente, entre masturbations sous le portrait de Franco et pénis prenant l’air, l’arrivée de Ava Gardner agit sur les personnages comme un détonateur. Au travers de l’icône du cinéma, les scénaristes tiennent à dénoncer la castration du désir et égratignent avec acidité et causticité cette société moralisatrice. Au-delà, c’est le désir féminin qui est exhibé, filmé et qui ne cesse de s’affirmer épisode après épisode. La série montre des femmes s’emparant avec fierté de leurs pulsions, mais, contrairement aux hommes, sachant ne pas en être esclaves.

Avec tout cela, le récit parvient à serpenter entre les registres. Résolument absurdes, les épisodes multiplient les péripéties cocasses et régalent avec des dialogues entre second degré, traits d’esprit et jeux de mots. Ceux-ci venant s’enfermer dans un splendide écrin filmique. Entièrement réalisée par Paco Leon (interpréte de Manolo), la série est baignée d’un classieux noir et blanc et cultive les références cinématographiques.

Que cela soit dans son esthétique ou dans sa tonalité, Arde Madrid se trouve quelque part entre l’espièglerie d’un Blake Edwards et la sensualité d’un Pedro Almodovar, tout en convoquant ici et là l’ombre de Fellini époque La Dolce Vita. En bref, Anna R. Costa et Paco Leon font bander l’Espagne franquiste avec une proposition venant secouer les mœurs des ’50s. En se baladant entre le burlesque et la fantaisie la série est aussi impertinente que fun, féministe et bouillonnante. En d’autres termes, lancez-vous.

Tags : séries du monde moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires