Broadchurch : Derrière les crimes, une communauté sous microscope

Broadchurch Saison 3 ITV - Broadchurch : Derrière les crimes, une communauté sous microscope

Tout commence par un meurtre. Celui de Danny Latimer, fils de Beth et Mark, et frère de Chloé, âgé de 11 ans. Le corps est retrouvé le 4 mars 2013 sur ITV dans le premier épisode de Broadchurch, qui est aussi le nom de la petite ville côtière située dans le comté de Dorset où prend place l’action.

Scénarisée par Chris Chibnall (maintenant showrunner de Doctor Who), Broadchurch est née dans le sillage de la vague Nordic Noir sur le petit écran britannique, mais ne se contentera pas de simplement se reposer sur le succès d’un genre.

Naturellement, Broadchurch se présente comme un whodunit. Qui a tué Danny Latimer ? C’est la question hantant la première saison, mais qui ne la définit pas entièrement pour autant. La tragédie met surtout à l’épreuve une communauté en apparence soudée et fournissait un contexte permettant de mieux étudier le comportement humain lorsqu’un drame se produit et pousse à remettre en cause ce que l’on croit.

Venant tout juste d’arriver à Broadchurch lorsque le corps du jeune Danny est découvert, l’inspecteur Alec Hardy (David Tennant après Doctor Who) s’impose comme un policier aussi passionné que déterminé, toujours sur ses gardes et ne laissant personne être trop proche de lui. Pour autant, il n’est pas question de jouer avec le stéréotype du policier froid, au contraire, Hardy ayant tendance à se montrer de mauvaise humeur. À ses côtés, Ellie Miller (Olivia Colman avant The Crown) est une femme pleine de compassion, aussi obstinée que son collègue à obtenir justice, mais qui fait son travail en se laissant plus guider par ses émotions. Ce duo quelque peu improbable, mais unique en son genre, dote le récit d’une sensibilité particulière, avec les occasionnelles notes d’humour, les coups de gueule et une pointe de mélancolie.

Durant les huit premiers épisodes, Hardy et Miller nous entrainent ainsi au cœur de la communauté de Broadchurch, grattant le vernis pour découvrir ce qui se cache vraiment dessous. Pour trouver le tueur, mais également se confronter à la nature humaine, entre mensonges, tromperies, manipulations, et plus encore. De la famille Latimer, au révérend Paul Coates (Arthur Darvill), en passant par l’ambitieux jeune journaliste local Oliver Stevens (Jonathan Bailey) ou encore le soi-disant medium Steve Connoly (Will Mellor), Broadchurch multiplie les suspects qui nous font découvrir des secrets plus ou moins bien gardés et les imperfections humaines.

L’ensemble se déroule par ailleurs dans un décor peu avare en magnifiques paysages, entre falaises et sables dorés, venant contrebalancer les évènements sombres qui y prennent place. Ville fictionnelle, Broadchurch a été principalement tournée dans le littoral du Dorset et de l’est du Devon (surnommé la Côte jurassique – qui appartient au patrimoine mondial de l’UNESCO). Ces paysages dotent la série d’une esthétique naturelle et enivrante, avec ces routes entourées de champs et son architecture locale qui nous retranscrit à sa manière l’histoire du coin. On ne peut dès lors que se laisser encore plus emporter dans cet univers à la fois sombre et poétique.

Surtout, l’intrigue joue avec les nerfs du spectateur qui tente de découvrir qui est le coupable. Si Broadchurch s’était arrêté au terme de cette enquête, elle aurait ainsi offert une excellente saison 1 qui a su tenir en haleine avec son mystère. En se voyant renouveler, elle se voit en même temps offrir la possibilité d’aller plus loin. Les deux saisons suivantes, toujours avec en leur centre une enquête policière, permette à Chris Chibnall d’aller au-delà du mystère pour poursuivre sa peinture moderne d’une communauté et des rapports qui y prennent place, par sa représentation des aléas et épreuves que doivent traverser ses membres.

Broadchurch n’étant pas Cabot Cove, les meurtres n’étant pas communs, Chibnall se doit de faire évoluer sa série en se confrontant tout simplement au changement même qui affecte la petite ville et ses personnages à travers deux axes narratifs en saison 2 : le procès du tueur de Danny, et une vieille affaire de Hardy qui avait été évoquée en première saison. On n’évite pas quelques anicroches, entre une partie judiciaire presque trop conventionnelle, de nouveaux personnages qui n’intéressent pas beaucoup et une enquête qui ne réussit pas à captiver comme la première.

La seconde saison n’atteint donc pas le niveau émotionnel de la première, mais parvient néanmoins, à l’aide de ses acteurs, à explorer la difficile période qui fait suite au meurtre et aux révélations, où doute et rage s’installent et où l’on ne peut tout simplement pas redevenir la personne que l’on était avant.

Sans impressionner, la saison 2 de Broadchurch reste honorable, mais c’est avec sa troisième et dernière saison que la série confirme qu’elle n’était pas juste une autre série policière au milieu des autres. Cette fois, Miller et Hardy doivent enquêter sur un nouveau violent crime, un viol, reconnectant avec la formule de la série, une liste de suspects, un lot de secrets, et une vérité qui affecte naturellement du monde, pas forcément de la manière attendue. Broadchurch nous offre alors un commentaire assez bien écrit sur la perception du viol et des victimes, utilisant à bon escient son mémorable duo d’inspecteurs pour injecter dans l’affaire une énergie unique et une sensibilité particulière, sans oublier une occasionnelle pointe d’humour toujours bienvenue.

En parallèle, on continue à suivre la famille Latimer ainsi que d’autres résidents pour mieux les conduire à une sorte de fin après tout ce qui a été traversé, et exposer comment la communauté a changé et a dû se confronter à ce qu’elle avait de plus sombre en son cœur pour rester en vie.

Prenant la forme d’une série policière inspirée par le Nordic Noir, Broadchurch, ses enquêtes et ses deux policiers nous ont surtout menés vers un drame social, exposant les changements inévitables venant affecter les communautés qui ne peuvent naturellement par rester éternellement coupé du monde extérieur et de la violence humaine. Elle aura abordé comment un crime affecte et transforme des vies, et elle aura donné le jour à un duo policier iconique qui justifie bien le (re)visionnage.


Broadchurch est diffusée en ce moment tous les samedis soir sur Polar+. Les deux premières saisons sont disponibles sur Salto, tandis que l’intégralité est disponible en DVD/Blu-ray.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires