Aller au contenu
Séries Castle Castle : Washington D.C. (début saison 6)

Castle : Washington D.C. (début saison 6)

Castle saison 6x01 - Castle : Washington D.C. (début saison 6)

Oui, non, peut-être… L’équipe créative de Castle avait terminé sa saison 5 sur la demande en mariage de l’écrivain et la question était en suspens. Pour les cœurs tendres, la réponse sera fournie dès la reprise. De cette façon, ceux qui ont retenu leur souffle pendant tout l’été ont pu voir la pression s’envoler au cours des premières minutes de Valkyrie (6.01). Les scénaristes, eux, se sont offert un petit bond dans le temps de 3 mois pour passer outre les contraintes de délocalisation de Kate Beckett, qui a accepté le travail à Washington.

Cette saison 6 de Castle commence ainsi par une intrigue en deux parties, exercice habituellement réservé pour la seconde partie d’une saison. Le nouveau job de Beckett au bureau du procureur général est l’occasion de changer un peu de décor, et on délaisse New York au profit de la capitale américaine. Bien entendu, on ne peut pas dire que l’on ressente un véritable changement dans le visuel du show, qui n’est de toute façon pas tourné sur la bonne côte. Tout de même, les plans extérieurs restent crédibles.

Romance, humour, twists, les ingrédients clés de Castle sont donc bien présents au sein des trois premiers épisodes. L’équipe de scénaristes d’Andrew W. Marlowe se frotte avant tout aux questions relationnelles qui se posent dans une relation longue distance pour le couple phare, mais aussi aux dilemmes moraux que rencontre Kate dans son nouveau job. Ce dernier aspect est traité avec un certain recul, mais c’était inévitable au vu de la personnalité de la jeune femme. Conséquence tout de même, sa partenaire incarnée par Lisa Edelstein est vite condamnée à être un petit guide en déplacement, là pour expliquer le travail à sa nouvelle collègue sans vraiment s’affirmer.

La vie à New York fait partie intégrante de l’univers de Castle, avec la famille de Rick, Ryan et Esposito. Il est évident que le travail de Beckett n’est pas fait pour durer, seulement les scénaristes négligent un peu trop les nouveaux aspects qui auraient pu rendre cette orientation professionnelle plus tangible et palpable. Il y a alors avant tout des échanges particulièrement réussis avec le duo phare qui sont entremêlés avec des enjeux dramatiques ou humoristiques qui font le divertissement. Ainsi, après le season premiere, Dreamworld (6.02) nous place (de nouveau) Castle dans une position dangereuse, mais ne tombe pas dans le drama facile, avec un bon dosage entre la partie émotionnelle et policière. Ensuite, Need to Know (6.03) joue plus sur un registre léger en misant sur les routines classiques du show – minus Beckett.

En ce début de saison, on peut clairement dire que les personnages secondaires tirent bien la couverture vers eux quand on leur en donne l’occasion. Martha est brillante à chacune de ses apparitions, et le nouveau petit copain d’Alexis – aussi cliché soit-il – fait mouche à chaque fois. Qui plus est, voir Castle ronger son frein face au jeune homme est aussi diablement efficace. À côté de cela, Ryan et Esposito sont en très grande forme dans le troisième épisode. Que ce soit pour pointer une potentielle traitrise de Castle ou pour leur implication dans l’enquête, le duo est énergique.

C’est presque dommage que les scénaristes ne cherchent pas à explorer plus en profondeur de nouvelles dynamiques qui auraient pu émerger de l’absence de Beckett au precinct. Il y avait la possibilité de montrer le commissariat sous un jour inédit, mais cela ne sera pas fait.

Castle à Washington D.C. fut donc une expérience qui aurait pu être plus fouillée, mais qui reste au final plaisante. Cela aura permis de lancer la saison 6 détachée des enjeux liés à la mort de la mère de Kate Beckett – ce qui fut plus ou moins le cas au cours des deux précédentes saisons. Une distance bienvenue, qui permet d’affirmer une véritable évolution pour Beckett et de fournir un certain dépaysement, même s’il est de courte durée.