Cobra Saison 1 : Coupure d’électricité et Manigances politiques

cobra serie 2020 sky one - Cobra Saison 1 : Coupure d'électricité et Manigances politiques

Il existe de nombreux scénarios catastrophiques aboutissant à une crise – nationale ou internationale. La série Cobra, nouveauté britannique de Sky One, en ajoute un à la liste à laquelle on ne penserait pas forcément : une massive éruption solaire.

Écrite par Ben Richards (Spooks, Strike), la première saison de Cobra nous relate en 6 épisodes comment le Royaume-Uni est affecté lorsqu’une tempête géomagnétique à grande échelle frappe le pays. La conséquence annoncée ? Des régions entières vont être privées d’électricité si le premier ministre Robert Sutherland (Robert Carlyle) n’agit pas vite.

Rapidement, ce dernier doit faire face à un dilemme : il y a 4 transformateurs électriques à remplacer après la tempête et il n’en a que trois à sa disposition. Or, cela pèse une tonne et c’est loin d’être aisé à mettre en place.

Le comité C.O.B.R.A. ou Cabinet Office Briefing Room A entre en action. Réunissant plusieurs ministres et des responsables de la sécurité, il a pour mission d’organiser la coordination des secours en cas d’incident majeur dans le pays.

Ce qui commence comme une sorte de possible scénario catastrophe plongeant le pays dans le noir et la violence évolue rapidement pour devenir plus politique. Un évènement naturel aux graves conséquences pour une partie du pays se transforme alors en une opportunité pour poignarder son opposant politique et déplacer ses pions sur l’échiquier du pouvoir.

Plus spécifiquement, le Secrétaire d’État à l’Intérieur Archie Glover-Morgan (David Haig, Killing Eve) y voit l’occasion de se débarrasser du Premier ministre et d’Anna Marshall (Victoria Hamilton, The Crown), chef de cabinet. Ce dernier ne dissimule aucunement ses intentions et en fait des tonnes.

D’un côté, Cobra trouve dans sa partie politique un angle pertinent, et de l’autre, elle en offre une représentation trop caricaturale. Ce n’est pas tant l’absence de subtilité que le manque d’ambition dans les manigances qui tend à rendre l’ensemble superficiel.

De manière générale, cette saison 1 de Cobra a un problème de proportion. Un tel évènement devrait rassembler beaucoup de personnes, mais on tourne autour de quelques figures qui semblent faire parfois le travail de dix hommes. C’est par exemple le cas du Chief Constable Collier (Steve Cree) à Northumberland, supervisant du mieux qu’il peut la crise qui affecte le comté.

Plutôt que d’approfondir le sujet principal –  c’est-à-dire la crise et ses répercussions politiques –, le scénariste Ben Richards injecte des intrigues secondaires à la pertinence douteuse. C’est donc avec un timing irréprochable que la fille du Premier ministre se trouve prise au milieu d’une tragédie personnelle, lorsque sa meilleure amie meurt d’une overdose. De même, l’ancien amour de jeunesse d’Anna Marshall refait surface avec des intentions mystérieuses. Enfin, Fraser Walker (Richard Dormer, Game of Thrones) le planificateur de crise — et sans aucun doute l’homme le plus utile dans cette série — doit gérer le décès de son père (et une ex-femme qui le déteste, optionnellement).

Le but est bien évidemment d’utiliser ses histoires pour étoffer les personnages au-delà de leur travail. Les intentions sont louables, mais l’exécution laisse majoritairement à désirer, et l’ensemble repose sur un casting qui donne naturellement du relief à des personnages qui en manquent quelque peu. Robert Carlyle fait preuve d’une retenue bienvenue dans la peau du Premier ministre, même lorsque ce dernier a tendance à perdre sa patience. De son côté, Richard Dormer est le fonctionnaire investi, plus d’une fois au bord de l’effondrement physique et psychologique, qui intéresse plus qu’il n’en a vraiment le droit. Victoria Hamilton est le bras droit dévoué avec une touche de sensibilité. Avec eux, on retrouve la dernière venue dans l’équipe Francine Bridge (Marsha Thomason) qui, en bout de route, ne sert plus ou moins à rien si ce n’est offrir à Fraser un interlocuteur pour gérer ses problèmes.

Cette saison 1 de Cobra nous propose ainsi une crise nationale que l’on pourrait qualifier d’originale. Ce n’est pas tous les jours après tout que le chaos peut s’installer grâce à une tempête géomagnétique. Il en ressort quelques bonnes idées, mais les thématiques principalement politiques qui émergent et les obstacles à surmonter bénéficient d’un traitement conventionnel et superficiel. Les acteurs rendent l’ensemble plus attractif que cela ne le devrait, Cobra manquant d’une véritable montée de tension pour faire impression.

Sky a déjà annoncé le renouvellement de Cobra pour une saison 2, qui devrait ainsi faire son retour en 2021.

Tags : Séries Anglaises moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires