Doom Patrol Saison 2 : Combattre les monstres du passé

12 Août 2020 à 12:00

Doom Patrol Saison 2 - Doom Patrol Saison 2 : Combattre les monstres du passé

Ce n’est pas facile d’être un super-héros. Demandez à la Doom Patrol. D’ailleurs, le terme super-héros n’est définitivement pas ce qui définit le mieux cette équipe hors-norme de DC qui a fait son retour pour une saison 2 composée de 9 épisodes — au lieu de 10, la faute au COVID-19.

Rappelez-vous, le Dr Niles Caulder (Timothy Dalton) aka Chief a réuni autour de lui un petit groupe formé de cas désespérés qui vivaient isolés du reste du monde, ne pouvant y trouver leur place et dotés de pouvoirs qu’ils ne contrôlent pas. Tout bascule lorsque le méchant M. Nobody capture Chief et, c’est ainsi que Cliff (Brendan Fraser), Larry (Matt Bomer), Rita (April Bowlby) et Crazy Jane (Diane Guerrero) — épaulés par le justicier Cyborg (Joivan Wade) — vont bon gré mal gré partir à la recherche de Niles.

Un parcours semé d’embûches et de nombreuses digressions qui conduira néanmoins la Doom Patrol au Chief et surtout, à de douloureuses révélations — à commencer par le fait que celui qui se présentait comme leur sauveur était tout le contraire. Par-dessus, les voilà maintenant accompagnés de Dorothy (Abigail Shapiro), la fille du Chief qui peut donner vie à ses amis imaginaires.

Maintenant, le Chief est mourant et doit trouver comment prolonger son existence dans le but de prendre soin de son enfant, bien plus puissante et dangereuse qu’elle n’y parait. Dorothy s’impose ainsi comme le fil conducteur de cette saison 2 de Doom Patrol qui ne cesse naturellement de s’éloigner de ses enjeux mythologiques pour mieux revenir sur les traumatismes de ces personnages. Si la première saison (disponible en DVD) était une ode à l’individualité et une dénonciation des normes sociales, la seconde se veut être une réflexion sur le poids du passé et l’héritage familial, ou tout simplement une exploration du traumatisme transgénérationnel.

Personne mieux que Dorothy n’illustre ce point, mais cela ne signifie pas que les membres de l’équipe sont en reste. Dans ce contexte, Larry reconnecte avec sa famille tout en devant apprendre à accepter la personne qu’il est devenu avec l’entité. Pour aller de l’avant en tant qu’artiste et super-héroine, Rita doit gagner confiance en elle et cela signifie se confronter à l’impact que les actions de sa mère ont eu sur elle. De son côté, Cliff cherche à revoir sa fille et réparer ses propres erreurs, entre deux What The Fuck ! alors que Jane voit sa place être remise en question, et doit ainsi s’interroger sur ce qui est le mieux pour Kay pour l’aider à fonctionner et guérir. Sans oublier Victor qui développe une relation avec une jeune femme le poussant à devoir repenser son propre système de valeur tandis qu’il fait tout pour éviter de se confronter à son PTSD.

Ainsi, cette saison 2 de Doom Patrol continue de nous parler d’acceptation de soi, mais se penche un peu plus sur le lourd bagage familial et les traumas qui compliquent un processus de guérison où il n’existe aucun raccourci et où il y a souvent des moments où on a l’impression que la guérison est une simple illusion. De plus, la série multiplie les exemples de mauvaises décisions parentales, que ces dernières furent prises pour de bonnes ou de mauvaises raisons, et les séquelles sont alors nombreuses, autant sur les parents que sur les enfants. Si Dorothy trouve une place légitime dans ces problématiques, la jeune fille peine à pleinement s’intégrer au groupe et la scénarisation l’isole souvent plus que de raison. Certes, éparpiller ses personnages est une spécialité de la série, mais son arrivée bouleverse clairement le début de la saison et l’équilibre du groupe que les scénaristes ont un peu de mal à rétablir. Le sentiment est amplifié par d’autres choix créatifs, comme le fait que Victor apparait trop séparé du groupe dans la première partie au point de presque paraitre dispensable ou encore le parcours de Larry qui suit un cheminement similaire à celui de la saison 1, malgré toute la sensibilité du sujet et du personnage (encore plus élevé par son amitié avec Rita).

Il faudra presque la moitié de la saison pour que l’on retrouve pleinement le brin de folie qui définit le show. Car Doom Patrol se démarque par sa capacité à donner corps à des idées plus ou moins improbables, à la fois absurdes et percutantes. Cela nous conduit à l’introduction du groupe Sex-Men, à un voyage impromptu dans l’espace, aux infectieux et tout rose Scants et au manipulateur vilain Candlemaker. On retrouve ce mélange entre humour décalé et noirceur humaine, il est juste dommage qu’avec moins d’épisodes, les scénaristes aient eu besoin de la moitié pour retrouver le bon dosage entre les éléments de leur narration et leurs personnages.

Au final, cette saison 2 de Doom Patrol commence en devant gérer les répercussions des récentes révélations pour chaque membre du groupe et rencontre au départ un peu de difficulté à retrouver l’équilibre entre l’excentricité de la série et ses thématiques universelles et émotionnelles. Malgré un début un peu chancelant, l’ensemble finit par nous replonger dans cette atmosphère propre à la série pour mieux nous illustrer à quel point panser les plaies du passé est douloureux, difficile et se révèle être un processus de tous les jours. Doom Patrol est le genre de série qui utilise les codes du genre super-héroique pour nous dire que survivre à sa famille, à son passé, à ses erreurs et à tous ses traumatismes de tous les jours est quelque chose d’un peu super-héroique au fond. Le tout, en nous laissant sur un cliffhanger, la saison étant inachevée et, pour le moment, sans informations sur le futur de la série.

51VJZJo3eML. SL160  - Doom Patrol Saison 2 : Combattre les monstres du passé
Price: 35,00 €
small orange - Doom Patrol Saison 2 : Combattre les monstres du passé
Price Disclaimer
Tags : Doom Patrol moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires