Aller au contenu
Séries Autres séries Girls5Eva Saison 1 : Le girls band Famous 5eva

Girls5Eva Saison 1 : Le girls band Famous 5eva

  • par
  • 3 min read

Girls5Eva Saison 1 - Girls5Eva Saison 1 : Le girls band Famous 5eva

Peacock, la plateforme de streaming américaine made in NBC, décide de faire honneur aux grandes heures de la chaîne avec Girls5Eva en combinant nostalgie, têtes connues et humour décapant. Meredith Scardino, dans un geste proche de l’esprit Tina Fey (30 Rock, Great News), ressuscite le groupe Girls5Eva, un girls band (fictif) qui a connu son quart d’heure (et pas plus) de gloire à la fin des années 90. Alors que leur hit refait surface grâce à un rappeur, elles vont se reformer pour surfer sur la vague et retrouver le succès.

Cependant, réunir les quatre filles restantes (l’une est décédée depuis) n’est pas le gage d’un succès immédiat et nous allons suivre Dawn (Sara Bareilles), Wickie (Renée Elise Goldsberry), Gloria (Paula Pell) et Summer (Busy Phillips) alors qu’elles sont toutes à un point de leur vie où l’on a besoin d’un rêve, mais où celui-ci se confronte à la dure réalité de l’existence. Être une femme dans sa quarantaine et vouloir retrouver la lumière n’est pas une chose aisée et il faudra toute leur folie et leur persévérance pour naviguer dans ces nouvelles eaux.

Tout est calibré dans les huit épisodes composant cette première saison pour plaire, et ça fonctionne. Produite par Robert Carlock et Tina Fey, Girls5eva est identifiable instantanément, notamment par sa proximité de ton avec Unbreakable Kimmy Schmidt, et réussit à former un groupe et un humour qui fonctionne immédiatement. Si la série tâtonne par moments à construire ses personnages, il y a une indéniable sensation de fraîcheur à voir les quatre amies interagir et chercher leur place dans ce milieu de requins.

À la fois critique du milieu musical formaté du début des années 2000 – et sa folie des girls band – et véritable ode à la passion comme moteur de l’existence, Girls5Eva ne séduit pas vraiment pas les péripéties de notre bande en elles-mêmes, mais par son humour, décapant, très inspiré et donnant surtout un formidable terrain de jeu à ses actrices. Renée Elise Goldsberry est un délice à regarder dans la peau de Wickie aux grands rêves déçus, diva qui a souvent fait les mauvais choix, mais veut sa rédemption et son moment de gloire, sans concession. Enfin, un petit mot pour exprimer un sincère étonnement à voir Sara Bareilles se mêler sans difficulté à cet univers qui sied bien plus généralement à sa consœur Busy Phillips, géniale comme à son habitude.

Bien sûr, la série n’est pas exempte de défauts : son format trop court ne permet pas de développer son univers au-delà de ce qui se passe dans un épisode et la série perd trop de temps avec la vie de famille de Dawn. Comme toute première saison, elle se cherche, rate parfois, mais se trouve souvent.

Si à la fin de ces huit épisodes, vous n’avez pas le générique en tête, Girls5Eva n’est peut-être pas faite pour vous. Mais cette comédie marque enfin l’entrée de Peacock dans le paysage audiovisuel, autant pour son peps que pour ses actrices. Il faut désormais croiser les doigts pour une seconde saison.

Étiquettes: