Séries Autres séries Godfather of Harlem Saison 2 sur StarzPlay : Que vaut le retour de Bumpy Johnson ?

Godfather of Harlem Saison 2 sur StarzPlay : Que vaut le retour de Bumpy Johnson ?

  • par
  • 4 min read

Godfather of Harlem Saison 2 Episode 7 - Godfather of Harlem Saison 2 sur StarzPlay : Que vaut le retour de Bumpy Johnson ?

Comme ce fut le cas sur la chaine américaine Epix, la diffusion de la saison 2 de Godfather of Harlem sur StarzPlay a été divisée en deux parties. La seconde de quatre épisodes arrive en France ce dimanche sur StarzPlay.

De quoi parle la saison 2 de Godfather of Harlem ?

Si vous ne connaissez pas Godfather of Harlem (lire notre bilan de la saison 1), cette série de gangsters historique nous ramène au début des années 60 pour relater l’histoire du véritable criminel Bumpy Johnson (joué ici par Forest Whitaker). Quand tout commence, Bumpy sort de prison où il a été incarcéré pendant 10 ans. Il retrouve alors son ancien quartier en perdition. Désormais, les rues sont entre les mains de la mafia italienne et Bumpy doit donc affronter la famille Genovese pour reprendre le contrôle. Durant cette période violente, il développe une alliance avec un prêcheur radical, Malcolm X (Nigel Thatch).

En saison 2, alors que Lyndon B. Johnson travaille à faire passer le Civil Rights Act de 1964, Harlem est sur le point d’exploser en réponse à la violence policière. Dans ce climat tendu, Bumpy Johnson est aux prises avec les familles criminelles new-yorkaises pour garder le contrôle de la fameuse French Connection qui noie le quartier dans la drogue. Bumpy est bien déterminé à ne pas laisser qui que ce soit prendre sa place, et s’inspire alors du message de Malcolm X sur le nationalisme économique noir pour construire son plan ambitieux et relever tous les challenges qui se trouvent sur sa route. Ces derniers sont nombreux, venant de tous les côtés – des Italiens, de sa femme Mayme, de sa fille Elise, de son rival Adam Clayton Powell, du procureur Robert Morgenthau et même de Malcolm X.

C’est avec qui ?

Cette saison 2 de Godfather of Harlem met à l’affiche Forest Whitaker, Vincent D’Onofrio, Ilfenesh Hadera, Nigél Thatch, Giancarlo Esposito, Lucy Fry, Kelvin Harrison Jr., Rafi Gavron, Antoinette Crowe-Legacy, Erik LaRay Harvey et Demi Singleton. Justin Bartha, Annabella Sciorra, Ronald Guttman, Gino Cafarelli, Isaach De Bankolé et Grace Porter sont récurrents, tandis que Method Man, Michael Rispoli et Neal Matarazzo apparaissent en guest stars.

Que vaut la saison 2 de Godfather of Harlem ?

À plusieurs reprises durant cette saison 2 de Godfather of Harlem, Malcom X répète que Bumpy Johnson est un homme plein de contradictions. C’est ce qui rend le personnage aussi intéressant et c’est également ce qui pose problème dans la série. Les scénaristes tentent en effet de gérer simultanément Bumpy le criminel, un tueur et vendeur de drogue très dangereux, Bumpy le père de famille prêt à tout pour protéger les siens et Bumpy le politicien qui veut aider les noirs d’Harlem à faire face à la police et qui cherche à apporter son assistance au mouvement des droits civiques.

Le souci est que, comme Bumpy lui-même, les scénaristes peinent donc à trouver un équilibre entre ces différentes facettes et cette saison 2 tend à étirer différentes intrigues trop longtemps pour s’assurer qu’elles restent présentes de bout en bout. L’avantage est que cela permet de toujours rappeler que Burmpy est un criminel, qu’il n’est pas une bonne personne et que ses crimes ont des conséquences sur ses propres voisins (un angle que trop de séries sur les gangsters finissent par négliger). Le problème est que certaines storylines finissent par perdre leur force — idem du côté de Chin (Vincent D’Onofrio) et de son conflit avec sa fille (Lucy Fry) ou de Malcolm X (Nigél Thatch).

Les quatre derniers épisodes de cette saison 2 aident heureusement à débloquer la majorité des situations, mais Godfather of Harlem perd un peu trop de son énergie avant d’en arriver là. Cela dit, si des répétitions et des intrigues qui s’allongent légèrement trop rendent la partie criminelle moins captivante, la politique parvient à ne jamais faire oublier que la série a des choses pertinentes à raconter, en plus de son casting toujours impeccable qui justifie à lui seul que l’on continue à regarder avec plaisir malgré cette baisse de régime.