Séries Hannibal Hannibal : L’appétit du Dragon (3.11)

Hannibal : L’appétit du Dragon (3.11)

Hannibal saison 3 episode 11 - Hannibal : L’appétit du Dragon (3.11)

Encouragé par Hannibal, Francis Dolarhyde s’occupe des préparatifs pour sa prochaine attaque. Il a pris pour cible la famille de Will alors que ce dernier tente toujours de comprendre ce qui le pousse à agir.

La plus grosse faiblesse de cette seconde moitié de saison 3 de Hannibal est que Will ne veut plus de sa relation avec le Dr Lecter. Il n’est plus investi dedans alors que son ami cannibale cherche à le forcer à reconnecter avec lui.

La dynamique qui fit la force du show est brisée et cette storyline du dragon rouge est finalement une transition devant aider à lui redonner une forme. Même si elle doit finir profondément changée, elle existerait. Ce n’est pas encore le cas, car contrairement à l’époque où Will chassait Hannibal, la séparation actuelle est plus nette et n’est pas développée pour mener à une réunion des deux hommes. En fait, même quand ils sont l’un en face à de l’autre, Hannibal et Will ne sont plus les mêmes.

Avec …And the Beast from the Sea, cela est on ne peut plus flagrant. Néanmoins, l’épisode utilise plus habilement que précédemment Francis Dolarhyde pour que son monde s’insinue dans celui d’Hannibal et Will sans paraitre factice.

Dans toute cette intrigue, et ce, en dépit de tous les efforts de l’équipe technique pour tenter d’offrir au Dragon Rouge son propre univers cohérent, le personnage n’apparait être qu’un accessoire scénaristique qui nous est imposé sans condition. Ses délires hallucinés qui doivent expliciter le mal qui le ronge sont intéressants en termes de développement. Malgré tout, c’est uniquement au moment où il se met dans l’ombre d’Hannibal ou quand il en a après Will que Dolarhyde existe réellement.

En se laissant manipuler, il devient pertinent, en particulier à cause des conséquences de ses actions. Elles font des étincelles qui permettent de retrouver l’énergie qui animait Jack et Alana et, bien entendu, Hannibal et Will. Ce dernier se voit d’ailleurs pousser à bout d’une façon qui fait ressortir pleinement l’homme torturé que l’on a suivi jusque-là.

Cela dit, avec Hannibal dans sa cage, la série a perdu une partie de la magie qui trouvait son essence dans sa cuisine – pourrait-on dire. Le tueur n’est plus aussi électrisant et n’a surtout plus l’opportunité de nous séduire avec ses allégories et son gout particulier de l’ironie.

Concrètement, plus que jamais, on ne peut que regretter que Hannibal n’aura pas le droit à une quatrième saison, car cette seconde moitié de la troisième effectue un travail de déconstruction qui ne mènera malheureusement pas vers la reconstruction que l’on pouvait espérer face à Clarice Sterling.

Ainsi, avec seulement deux épisodes avant la fin de la série, …And the Beast from the Sea aide à réellement recentrer les enjeux sur les personnages qui comptent. Délivrant par la même occasion une pointe bienvenue de suspense et une véritable avancée de l’intrigue, on voir le show entrer dans sa dernière ligne droite en se transformant au même rythme que le fait le Dragon Rouge. Dans ce sens, le parallèle est habilement mené, mais n’en reste pas moins décontenançant.

Étiquettes: