Aller au contenu
Séries Homeland Homeland – Uh… Oh… Ah… (3.02)

Homeland – Uh… Oh… Ah… (3.02)

Homeland 3x02 - Homeland - Uh... Oh... Ah... (3.02)

Carrie prend contact avec une journaliste pour livrer son côté de l’histoire, mais elle se fait arrêter avant d’avoir vidé son sac. Saul demande à une nouvelle analyste, Fara Sherazi, d’examiner les comptes bancaires d’une des cibles récemment éliminées par l’agence et découvre une piste.

Cette troisième saison de Homeland a été annoncée comme étant différente des précédentes, dans le sens où l’approche de la partie espionnage ne se focaliserait pas sur les mêmes choses qu’auparavant – tout ne tourne plus autour de Brody donc. Malgré cela, avec ce second épisode, on peut commencer à se demander s’il ne serait pas déjà pertinent de faire marche arrière.

Certes, toute l’intrigue avec Brody pouvait par moment devenir poussive et s’appuyer sur des twists qui remettaient en question la crédibilité de l’ensemble, mais il y avait au moins une cible claire. À l’heure actuelle, Saul avance en aveugle et, comme lui, on ne sait pas vraiment ce qu’on peut espérer avoir en bout de route. Le problème est qu’avec des enjeux si vagues, il est nécessaire de fournir du matériel plus solide à côté afin de maintenir un certain rythme et d’offrir une direction, même temporaire, à cette saison.

Malheureusement, c’est l’intrigue nébuleuse de la CIA qui s’affirme comme étant la plus intéressante pour l’instant et tout ce qui est autour est soit redondant, soit agaçant.

Suivre la famille Brody n’est probablement pas dénué d’intérêt à ce stade, tout particulièrement si on est décidé à nous montrer les retombées des actes attribués à ce brave Nicholas sur ses proches. Malgré tout, il n’est pas encore certain que ce soit vraiment cela que les scénaristes tentent de faire, car chaque passage se focalisant sur Dana et sa mère s’impose surtout comme une distraction servant à instaurer des moments de pause dans la storyline principale. Peut-être que le découpage mériterait d’être revu, à moins que ce ne soit toute l’approche narrative qui se doit d’être révisée ? Il est un peu tôt pour faire un choix, mais la seconde option se présente comme étant la plus probable.

Bien entendu, entre les Brody et la CIA, nous suivons toujours Carrie. Elle aussi poursuit dans sa direction peu constructive. C’est d’ailleurs le sujet ici, sa volonté de détruire se retourne contre elle et elle doit en payer le prix. Il est regrettable que l’on ne commence pas à explorer le sentiment de culpabilité qui l’a poussé à arrêter de prendre ses médicaments. Au lieu de cela, tout le monde veut justement la forcer à avaler ses petites pilules et ça ne va pas spécialement plus loin que ça. Carrie se noie dans sa paranoïa avec justification et cela est plus que contre-productif.

La seule chose qui parvient à s’affirmer dans cette débâcle qu’est la vie de Carrie se trouve être Peter. Après les meurtres du premier épisode et, pourrait-on dire, toute une saison à apprendre à le connaitre, il se dévoile comme étant la caractérisation du conflit qui anime désormais le show. Entre sa volonté à faire tomber les responsables de l’attentat et son inquiétude pour Carrie, il se place au cœur de l’histoire et il mériterait réellement de devenir le moteur de cette saison – s’éloigner de Carrie ne pourrait pas faire de mal à ce stade, cela permettrait au personnage de reprendre forme progressivement et logiquement.

Quoi qu’il en soit, ce second épisode de la saison semble là pour confirmer que Homeland évolue doucement et surement dans un nouveau registre. L’inconvénient est que l’on ne sait pas véritablement où cela doit nous mener, même sur le court terme, et cela tend à donner l’impression qu’une partie des storylines sert avant tout à faire du remplissage. Espérons donc qu’une fois bien développées, ces intrigues gagnent en pertinence.

Étiquettes: