Séries Autres séries Hunter (Série Complète)

Hunter (Série Complète)

  • par
  • 3 min read

hunter - Hunter (Série Complète)

Suite au kidnapping d’un enfant, le DSI Barclay (Hugh Bonneville) prend l’affaire en main. Mais quand le dossier se complique, et qu’il reçoit des photos du garçon, ainsi que d’un autre kidnappé quelques mois plus tôt, il demande à son ami Amy Foster (Janet McTeer) de venir l’épauler.

Mick Ford signe une mini-série en deux parties, mettant en scène deux inspecteurs de police, Barclay et Foster, qui se voient ici confier leur seconde affaire de kidnapping. En effet, les deux ont déjà dû gérer une situation de crise dans une autre mini-série, Five Days (si votre mémoire vous fait défaut, suivez le lien).

De l’eau a coulé sous les ponts depuis ces évènements, et ils ne sont aucunement nécessaires à la compréhension de l’intrigue qui nous occupe. Barclay et Foster sont deux amis, le premier est à la tête d’une équipe qui manque encore d’assurance, tandis que Foster noie son ennui dans la bouteille vu qu’elle n’occupe plus les rangs des forces de la police.

La première partie nous met en place tous les pions, allant même jusqu’à nous révéler qui sont les kidnappeurs. Le rythme est assez bien maintenu, et si l’originalité n’est pas complètement de mise, c’est assez léché, et les deux acteurs principaux, loin d’être des petits joueurs dans ce monde télévisuel, offrent du dynamisme. Il y a quelques faiblesses avec les autres DC ou DS, dont le développement est principalement centré sur leur vie privée. Alors que le temps est plus que compté, et qu’on n’a pas particulièrement eu la possibilité, ni l’envie, de vraiment s’intéresser à eux, on nous expose des histoires de fesses dont on pouvait se passer.

Les enjeux du kidnapping montant tout au long de l’heure, la fin est assez alléchante pour donner envie de voir la suite.

La seconde partie se concentre donc sur la recherche des enfants, alors que le temps est limité, qu’un ultimatum a été posé. Il ne faudra pas trop longtemps à la police pour découvrir qui se cache derrière les kidnappings. Le rythme est bien maintenu, pourtant, ce deuxième épisode se révèle par moment inférieur au premier. L’ensemble aurait sans doute mérité d’être finalement traité en trois parties, pour offrir plus de développements autour des kidnappeurs, de la famille des enfants, et de la façon dont est gérée la crise par les médias. Ils sont ici totalement absents, alors qu’on leur a quand même envoyé directement des e-mails (à BBC et ITV tout du moins). Cela aurait sûrement permis de faire encore plus ressentir l’état d’urgence. L’ultimatum est qui plus est connu par la famille, mais on n’a pas la moindre idée du ressenti. Alors, cela a l’avantage qu’on ne se perde pas en discours inutile ou scènes émotives gratuites, mais cela aurait pu aussi permettre d’enrichir l’histoire.

Hunter se révèle donc être un programme assez bien monté, pas forcément des plus originaux dans cette jungle policière que l’on voit si souvent à la télévision, mais il est aidé par des têtes d’affiche au meilleur de leur forme, et un traitement de l’intrigue qui se veut rapide et efficace.