Aller au contenu
Séries La Maison d’Âpre-Vent : Bleak House ou l’Angleterre ravagée par le système judiciaire

La Maison d’Âpre-Vent : Bleak House ou l’Angleterre ravagée par le système judiciaire

  • par
  • 3 min read

bleak house maison apre vent - La Maison d'Âpre-Vent : Bleak House ou l’Angleterre ravagée par le système judiciaire

Neuvième roman de Charles Dickens, La Maison d’Âpre-Vent (ou Bleak House) a été plusieurs fois portée à l’écran par BBC dont en 2005 sous la forme d’une mini-série en 15 épisodes. Gros succès populaire et critique lors de sa diffusion, cette dernière est aujourd’hui disponible chez nous en DVD.

Bleak House, que l’on peut traduire par « demeure de désolation » nous relate le destin de multiples personnages qui sont tous connectés à leur manière par l’affaire « Jarndyce contre Jarndyce ». Un fabuleux héritage donne lieu à cet interminable procès qui obsède et consume les âmes.

S’entrecroisent alors Lady Deadlock (Gillian Anderson) qui cache un lourd secret, le riche philanthrope John Jarndyce (Denis Lawson), la jeune orpheline Esther Summerson (Anna Maxwell Martin) aux origines mystérieuses, un jeune clerc indiscret (Burn Gorman), un très inquiétant avocat (Charles Dance), un petit balayeur de rue (Harry Eden)…

Remontée pour être divisée en 8 épisodes, La Maison d’Âpre-Vent ne nous plonge pas dans les rouages du système judiciaire victorien, et se tient en fait éloignée de la salle du tribunal autant que possible. Pour autant, l’affaire « Jarndyce contre Jarndyce » est une ombre qui plane inexorablement au-dessus des personnages, une qui représente tout ce qui ne va pas dans le système en place et qui paralyse ses membres.

Les parallèles entre un système judiciaire aussi lent qu’exaspérant et dépassé et l’histoire de ses personnages se multiplient pour mieux dénoncer dans sa globalité une hiérarchie sociale patriarcale qui condamne les plus pauvres et les moins chanceux à rester en bas. En plaçant le mystère des origines d’Esther également au cœur des enjeux, La Maison d’Âpre-Vent nous dépeint une société à la fois complaisante et impitoyable qui condamne sans offrir une chance de s’en sortir.

Cette adaptation signée Andrew Davies (Guerre et Paix) retranscrit alors à merveille l’univers de Dickens, que ce soit dans ces décors où les ombres consument plus que de raison l’espace dans les rues ou les grandes demeures ou dans ses personnages classiques – comme l’enfant des rues, le prêteur d’argent Smallweed (Phil Davis) ou encore l’avocat M. Tulkinghorn.

À l’image d’un système sclérosé, les personnages évoluent peu, avant tout coincés par les valeurs sociales ou leur propre moralité. Leur nombre les paralyse également, le récit multipliant les visages pour mieux nous immerger dans cette réalité.

Priment alors l’envie de découverte sur ce que cachent les personnages ou ce qu’ils cherchent à atteindre ou apprendre, ainsi qu’un ton satirique et léger bienvenu. Malgré ces problématiques et une dose de noirceur inévitable, La Maison d’Âpre-Vent  n’est pas une œuvre pessimiste et peut compter sur Esther et ses proches, comme son gardien John Jarndyce ou Woodcourt (Richard Harrington) pour laisser s’immiscer la bonté humaine.

Qui plus est, le scénario délivre des notes d’humour à travers ses figures moins appréciables ou attentionnées, telles que l’ambitieux clerc William Guppy ou Skimpole (Nathaniel Parker), l’insupportable ami de Jarndyce.

Plus de dix ans après sa diffusion originale, La Maison d’Âpre-Vent reste sans doute l’une des adaptations de Dickens les plus importantes réalisées par BBC. Si quelques effets visuels ont un peu vieilli, la qualité de la production est indéniable, au même titre que le soin apporté à retranscrire cette Angleterre victorienne rongée par la corruption, à l’aide d’un casting inspiré mené par Gillian Anderson, Anna Maxwell Martin et Charles Dance.

61lstLmjdiL. SL75  - La Maison d'Âpre-Vent : Bleak House ou l’Angleterre ravagée par le système judiciaire
Price: 19,75 €
small orange - La Maison d'Âpre-Vent : Bleak House ou l’Angleterre ravagée par le système judiciaire
Price Disclaimer