Aller au contenu
Séries Autres séries Legends : la mémoire dans la peau (pilote)

Legends : la mémoire dans la peau (pilote)

legends saison 1 600x338 - Legends : la mémoire dans la peau (pilote)

Martin Odum est un agent du FBI spécialisé dans l’infiltration. Dans son domaine, il est l’un des meilleurs, capable de se transformer en une personne différente pour chaque mission. Alors qu’il travaille pour faire tomber un groupe terroriste, sa propre identité est remise en cause lorsqu’un inconnu lui suggère qu’il n’est pas celui qu’il pense être.

Avec Legends, TNT propose de nous entrainer dans une quête identitaire dans la veine de celle qu’aura menée Jason Bourne sur grand écran. Dans le cas présent, Sean Bean n’a cependant pas perdu la mémoire, il a une identité, si ce n’est que celle-ci est remise en cause.

Basé sur le roman au titre éponyme de Robert Littellir?t=critictoo 21&l=as2&o=8&a=2290353582 - Legends : la mémoire dans la peau (pilote), ce premier épisode nous plonge dans le monde de Martin Odum (Bean), un agent du gouvernement spécialisé dans l’infiltration. Avec un tel travail, il va de soi que la vie d’Odum est déjà compliquée, sans compter le fait qu’il ne faut pas bien longtemps pour que sa stabilité psychologique soit remise en cause. Rien d’étonnant au vu de la branche dans laquelle il se trouve.

Legends possède une introduction très standard pour un sujet qui ne pourra clairement pas s’épanouir dans une formule trop établie. Ce pilote choisit ainsi de suivre une mission particulière, avec une menace terroriste à arrêter et un gâchis de talent avec Željko Ivanek en guest star dans la peau d’un personnage transparent. Ce procédé permet surtout de nous introduire aux collègues de travail de Martin parmi lesquelles on retrouve donc Ali Larter (Heroes), Tina Majorino (Grey’s Anatomy) ou encore Steve Harris (The Practice) dans la peau du directeur.

Si le casting se veut solide, Legends repose avant tout sur les épaules de son acteur principal qui a pour rôle à ce stade de bien illustrer la tendance de son personnage à aller beaucoup trop loin lorsqu’il endosse une autre identité. La frontière entre qui il est et pour qui il se fait passer doit alors se flouter, laissant entrevoir la possibilité qu’il pourrait aisément basculer.

Legends respecte de près les codes du genre policier/espionnage avec au sein de ce premier épisode une intrigue qui suit un déroulement classique qui peine à capter l’attention.  Le sentiment de familiarité qui en ressort aide à trouver rapidement ses marques, mais empêche indéniablement l’ensemble de se démarquer. C’est donc alors sur la performance de Sean Bean et sur les questions autour de son identité que l’épisode parvient à attiser la curiosité. Ces dernières entrainent une montée des enjeux progressivement, malgré une orchestration un peu trop codifiée.

Le pilote de Legends se révèle par trop d’aspects trop classique dans son registre. Son angle procédural affaiblit durement le concept, qui est pourtant alléchant et qui réussit à soulever suffisamment de questions pour donner envie d’en savoir plus. Pour le moment, Sean Bean fait donc la majorité du travail, portant ce premier épisode sur ses épaules, mais il va de soi que le show va devoir s’affirmer dans les épisodes à venir pour légitimer un investissement sur la durée.

Étiquettes: