Master of None : 30 ans et sans enfant à New York (Pilote)

Master of None Pilote - Master of None : 30 ans et sans enfant à New York (Pilote)

Après sept saisons passées à Pawney dans Parks & Recreation et quelques spectacles humoristiques, Aziz Ansari revient dans une comédie qu’il a co-créée avec Alan Yang. Il tient aussi le premier rôle de Master of None, jouant Dev, un acteur de 30 ans vivant à New York où il cherche à percer.

Concrètement, c’est une série sur un trentenaire new-yorkais qui explore ses options. Plus précisément, dans ce pilote, il contemple l’idée de devenir père de famille. Cela le mène alors à passer une journée durant laquelle il découvre tout ce qui ne lui plait pas dans le fait d’avoir des enfants. L’approche est assez simpliste et relativement dénuée de nuances. Malgré tout, Master of None parvient néanmoins à affirmer ses forces qui se trouvent ainsi ailleurs.

Le sujet de l’épisode n’est bien entendu qu’une excuse pour que l’on puisse prendre la mesure de Dev. C’est également un moyen pour montrer comment Aziz Ansari peut utiliser sa personnalité et son humour afin de donner corps à quelque chose qui lui ressemble et à un monde dans lequel il est à sa place.

Dans ce sens, ce pilote fait un travail assez convaincant. Le comédien s’affirme avec sa répartie, il n’a pas la main lourde sur les blagues faciles et n’a pas peur de laisser les autres briller – Eric Wareheim (de Tim & Eric) est d’ailleurs hilarant. L’ensemble ne manque alors pas de charme non plus.

Cela dit, il y a de plus en plus de comédies suivant des trentenaires qui galèrent à New York et qui se posent des questions sur les options existantes pour leur futur. Master of None s’ajoute donc à la liste, mais mise un peu trop sur la simplicité dans son premier épisode pour sortir son épingle du jeu. Le coefficient de sympathie d’Aziz Ansari ne peut pas tout faire et aborder un sujet comme la parentalité de manière aussi simpliste permet certes de délivrer un minimum de rires – ils sont au final dans une quantité limitée, ce n’est pas le genre de show qui enchaine blague sur blague –, mais cela montre également certaines limites.

Il est clair que la série cherche à vendre son acteur principal, mais celui-ci a visiblement envie de faire plus que se mettre en valeur. Dans ce sens, il faut espérer que la suite s’appuiera sur des scénarios plus ambitieux. Sans ça, Master of None risque d’être juste une sympathique comédie légèrement oubliable – ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi.

Aujourd’hui, un show Netflix n’a pas besoin d’avoir un pilote exceptionnel. Il suffit qu’il soit assez bon pour que l’on veuille enchainer sur l’épisode suivant qui n’est qu’à un clic de là. Dans ce sens, Master of None atteint son but, même s’il y a quelques réserves de posées. Ces dernières peuvent aisément être effacées et avec 9 épisodes de plus, cela ne demande pas un investissement trop important pour le découvrir.

Tags : Master of None Aziz Ansari moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires