Aller au contenu
Séries Narcos: Mexico Saison 3 : La guerre des Cartels mène la série à une conclusion, mais pas son histoire

Narcos: Mexico Saison 3 : La guerre des Cartels mène la série à une conclusion, mais pas son histoire

  • par
  • 4 min read

Narcos Mexico Saison 3 Episode 5 - Narcos: Mexico Saison 3 : La guerre des Cartels mène la série à une conclusion, mais pas son histoire

Quand la saison 2 de Narcos: Mexico s’est terminée, Félix Gallardo (Diego Luna) prédisait une guerre entre Cartels qui allait entrainer le pays dans une période sombre. C’est donc ce que la troisième et dernière saison de la série se propose de chroniquer.

Nous retrouvons le clan Arellano Félix au pouvoir à Tijuana, plus puissant que jamais, tandis que le Cartel de Sinaloa peine à survivre. Du côté de Juárez, Amado Carrillo Fuentes (José María Yazpik) réalise que son organisation a des failles et il doit faire le ménage avant de pouvoir les combler, ce qui pourrait mettre en danger sa relation avec ses fournisseurs colombiens. Pendant ce temps, Walt (Scoot McNairy) mène une opération d’infiltration qui pourrait enfin lui donner une victoire.

Walt est donc de retour, mais il n’est plus le narrateur. Andrea Nuñez (Luisa Rubino), une jeune journaliste, le remplace dans ce rôle, offrant une perspective différente, celle d’une observatrice civile examinant la maladie qui ronge son pays. Elle n’est pas le seul ajout, puisque nous suivons également Victor Tapia (Luis Gerardo Méndez), un policier de Juárez qui se retrouve à chercher un tueur en série.

L’ambiance de Narcos: Mexico ne change pas pour autant, car il a toujours été question d’explorer les dégâts réalisés par les Cartels et la corruption — sous toutes ses formes — qui l’accompagne. Cette saison 3 ne fait que proposer une vision plus large pour nous montrer comment la société mexicaine s’est progressivement effondrée, plongeant dans une violence sans pareil.

Après tout, c’est la guerre. Malgré cela, l’équipe scénaristique ne désire pas se limiter à nous montrer les hommes de main des Cartels qui s’entretuent. Ils s’intéressent plus à la perte de contrôle qui découle de ces confrontations et comment certains ont tiré profit de cette conjoncture particulière pour renforcer leur position.

Narcos Mexico Saison 3 Episode 3 - Narcos: Mexico Saison 3 : La guerre des Cartels mène la série à une conclusion, mais pas son histoire

Comme les saisons précédentes l’avaient illustré, Narcos: Mexico ne peut pas laisser l’élite politique du pays de côté, car elle est finalement responsable de ce qu’il se passe. Ils ont permis aux Cartels de se développer pour en retirer d’énormes gains financiers au détriment de la sécurité de leurs concitoyens. Ceux qui vendent la drogue paraissent alors n’être que des pions dans un jeu dont ils ne saisissent pas toujours toutes les règles.

Même quand Amado devient le plus grand distributeur de drogues au Monde, il n’est pas réellement celui qui détient le pouvoir. Idem pour les membres de la famille Arellano Félix qui étaient libre d’agir à leur guise à Tijuana et ne comprennent pas pourquoi leurs alliés leur tournent le dos dès le premier signe de faiblesse.

Tout ceci sert à développer un narratif relativement familier, mais qui ne perd pas de son intérêt, en particulier parce qu’il est désormais également question d’examiner comment toutes ces dynamiques ont permis à quelqu’un comme El Chapo (Alejandro Edda) de devenir un joueur conséquent ou comment la guerre contre la presse a éliminé un des contre-pouvoirs qui aurait pu aider à endiguer la corruption.

À la fin de cette saison 3, Walt reconnait que même ceux qui luttent contre les Cartels ne sont pas de bonnes personnes. Cela ne fait pas de lui un personnage moins intéressant et c’est en quelque sorte la règle dans Narcos: Mexico. Les « gentils » sont en nombre limité, mais la série dresse des portraits captivants de criminels — sans jamais oublier de rappeler qui ils sont. De toute façon, rien ne peut être réduit à être bon ou mauvais dans cette tragédie humaine.

Narcos: Mexico ne se termine pas en livrant une fin optimiste ou pessimiste, étant donné qu’elle n’offre pas de véritable conclusion. L’histoire ne s’arrête pas là, car le but était d’expliquer comment la culture de la violence et de la corruption a plongé le Mexique dans un chaos qui, quand on entame cette saison 3, paraissait déjà inévitable.

Comme la conclusion de The Wire l’explicitait. Les joueurs changent, mais le jeu continue. La guerre contre la drogue est un échec et, tristement, cela fait pourtant de la bonne télévision, comme Narcos: Mexico nous le rappelle.

Étiquettes: