Penny Dreadful: City of Angels : Que vaut cette plongée fantastique dans le Los Angeles des ’30s?

16 Mai 2020 à 12:00

Penny Dreadful City of Angels Saison 1 Group Promo

La fin de Penny Dreadful fut brusquement annoncée il y a quatre ans après seulement trois saisons. Le scénariste John Logan disait en avoir terminé avec cette histoire. Visiblement, il n’en avait pas pour autant fini avec la série, puisqu’il a développé sous le même étendard une nouvelle intrigue.

Penny Dreadful: City of Angels prend place à Los Angeles en 1938. Tiago Vega (Daniel Zovatto) est le premier policier d’origine mexicaine de la ville et il se retrouve immédiatement dans une position compliquée entre son rôle dans les forces de l’ordre et sa communauté qui se révolte contre la construction d’une autoroute. Par-dessus cela, Tiago enquête sur un meurtre particulièrement violent avec l’aide de son mentor, Lewis Michener (Nathan Lane), qui l’entraine à la rencontre de Molly Finnister (Kerry Bishé), une évangéliste charismatique.

Ce n’est pas tout, puisque des nazis tentent de prendre le contrôle de la mairie de Los Angeles en appuyant les actions du politicien Charlton Townsend (Michael Gladis). La famille de Tiago n’est pas en reste, se retrouvant au cœur des tensions entre la police et leur communauté. Enfin, nous suivons Peter Craft (Rory Kinnear), un pédiatre allemand.

Une recette compliquée

Tout ceci mélange des éléments classiques d’un film noir avec en plus une pointe de romance interdite, des conflits religieux et donc des nazis. Ce qui manquait, c’était le composant fantastique qui permettrait à la série de porter le titre Penny Dreadful. On le trouve avec Natalie Dormer qui incarne une créature démoniaque qui s’immisce dans la vie de plusieurs personnages pour planter des graines devant mener à la réalisation d’une terrible prophétie. Elle fait cela pour démontrer quelque chose à sa sœur, la Santa Muerte (Lorenza Izzo).

Après trois épisodes, Penny Dreadful: City of Angels est donc une série qui apparait déjà être surchargée. Il y a beaucoup d’intrigues et, connaissant John Logan, il faudra patienter au moins jusqu’au deux tiers de la saison avant que tout cela commence à se connecter.

La dispersion n’est pas en soi un souci, mais le fait est que l’intérêt des différentes storylines est très inégal en est un. L’affaire de meurtre peine à prendre forme. L’exploration des tensions raciales n’est pas inintéressante, mais la famille de Tiago semble surtout là pour lier les éléments fantastiques au reste. John Logan parait d’ailleurs être plus motivé par l’exploration des nazis que par celle des challenges auxquels font face les émigrés mexicains.

Un problème fantastique

Cela dit, ce n’est que le début et nous avons le temps de voir tout ceci prendre forme. Ce qui est plus problématique est la partie fantastique du show. Elle aidait à développer la dualité fascinante des personnages de la série originale, mais ce n’est pas du tout le cas dans Penny Dreadful: City of Angels. Elle n’est ici qu’un ingrédient saupoudré par-dessus le reste, un moyen de pimenter une histoire qui n’avait pas réellement besoin de plus.

Indiscutablement, cette seconde entrée dans la franchise est bien différente de la première, à l’exception de la présence de Rory Kinnear et de la direction créative de John Logan. Ce dernier a visiblement une histoire qu’il veut raconter et il la force à entrer dans un moule mal ajusté pour pouvoir utiliser la popularité de sa précédente création afin de promouvoir la nouvelle.


Ce début de saison de Penny Dreadful: City of Angels explicite sans tarder que, si l’on cherche quelque chose dans la lignée des aventures gothiques de Vanessa Ives et compagnie, on ne va pas être très bien servi. C’est une série différente à tous les niveaux qui parait être écrite d’une manière à employer les personnages pour explorer des thématiques et non l’inverse. Les premiers épisodes sont alors un peu confus et, même si la qualité de production est élevée, le résultat n’est pas aussi captivant qu’il pourrait l’être. Espérons que l’ensemble trouvera rapidement une meilleure cohésion.

Pour le moment, Penny Dreadful: City of Angels n’a de Penny Dreadful que le titre.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link