Preacher : Un trio détonnant lancé dans une quête qui n’est pas à leur niveau

10 Avr 2021 à 14:00

Preacher Serie Casting - Preacher : Un trio détonnant lancé dans une quête qui n'est pas à leur niveau

Produite par Seth Rogen et Evan Goldberg, Preacher est une série irrévérencieuse adaptant le comics du même nom de Garth Ennis et Steve Dillon. Diffusée à partir de 2016 sur AMC avec Sam Catlin au poste de showrunner, elle nous a proposé de suivre les mésaventures d’un trio pas comme les autres à la recherche de réponses que Dieu pourrait être le seul à pouvoir fournir, le tout sur 4 saisons et autant de nouveaux décors.

Un trio de personnages attachant

Au cœur de Preacher se trouve Jesse Custer (Dominique Cooper) qui, dans une première saison en forme de préquelle par rapport au comics, reprend l’habit de prêtre de son père et tente de se racheter une bonne conscience en se repentant pour ses crimes passés. Toute la question du personnage est de savoir si quelqu’un écoute. C’est cette incertitude et la volonté d’obtenir des explications sur les nombreuses injustices de sa vie qui l’amène à rechercher Dieu. Dans cette quête, il est accompagné de deux camarades fidèles, mais complètement désintéressés par l’objet du voyage.

Commençons par Tulip O’Hare (Ruth Negga) qui est l’amie d’enfance et le grand amour de Jesse. Son introduction dans la série est magistrale et son interprète parviendra tout du long à lui donner une profondeur incroyable malgré des répétitions et des moments souffrant de faiblesse d’écriture.

Ensuite, il y a Cassidy, interprété par l’éblouissant Joe Gilgun, un vampire de 119 ans qui cherche avant tout une famille, un groupe d’amis pour combler sa solitude centenaire. Il est relié au groupe par un double coup de foudre, l’un amical — comme en décideront les scénaristes de la série — pour Jesse, et l’autre plus amoureux pour Tulip.

Ce trio est un peu déséquilibré puisque deux de ses membres se connaissent depuis toujours alors qu’un nouveau vient se greffer. Preacher aura ainsi des difficultés tout du long à justifier la place de Cassidy auprès des deux autres. On peut supposer que c’est ce qui les amène à insister maladroitement sur le triangle amoureux.

Les personnages ont cependant un point commun évident, leur penchant pour la bagarre — dont il faut souligner la qualité des chorégraphies. D’autant plus que, le plus souvent, les scènes de bastons servent directement l’histoire et permettent d’évoquer l’état émotionnel et psychologique de nos personnages. Un angle également creusé à l’occasion grâce à l’exploration du passé, notamment celui de Jesse et Tulip à Annville, puis à Dallas ainsi que leur passé familial respectif. L’épisode de Dallas (2×05) est un bon exemple de ce que la série fait de mieux en utilisant des flashbacks pour nous faire des révélations et alimenter les motivations des personnages. Cassidy verra quant à lui son passé exposé en saison 2 et 4, mais jamais d’une façon aussi intéressante.

Il est passionnant d’apprendre à connaitre ce trio atypique et haut en couleur tout au long de l’aventure, mais il est regrettable que les scénaristes s’obstinent à les séparer si souvent.

Tout au long des 4 saisons, Jesse, Tulip et Cassidy font face à diverses menaces, à commencer par celle que représente The Saint of Killer. Ce tueur immortel extrêmement charismatique bénéficie d’une introduction très réussie en saison 1 et ses apparitions en saison 2 le place faussement dans le rôle du grand méchant de la série. Il souffre cependant des longueurs qui handicapent régulièrement Preacher, mais il brille toujours grâce à l’interprétation de Graham McTavish. Même si l’on a parfois l’impression qu’il s’agit seulement de gagner du temps avant de ne pouvoir l’utiliser avec fracas dans l’épisode final, c’est un personnage très intéressant par sa construction en miroir avec Jesse.

Mais c’est bien la relation entre Jesse et Dieu qui est au centre de la série et c’est là-dessus que Preacher se conclut. De simple concept au début de la série, Dieu est l’objet de la quête de notre anti-héros avant de devenir son principal antagoniste.

Dieu au bout du voyage

Se déroulant dans la petite communauté d’Annville, la saison 1 prend son temps pour installer son univers dans lequel Dieu n’est encore qu’un concept, une idée inaccessible. Les anges nous sont présentés comme une ligne plus ou moins directe vers Dieu, qui de toute façon n’est plus là où il est supposé être. Dieu a disparu, c’était le point de départ des comics, c’est celui de la saison 2. À partir de là, Preacher se plaît à nous mener de fausse piste en fausse piste. Une dynamique qui habite également la saison 2 qui souffre d’un grave problème de rythme. Toute cette période prend place à La Nouvelle-Orléans et nous introduit à Herr Starr (Pip Torrens) qui dirige The Grail, l’entreprise chargée d’accomplir les directives de Dieu. Pour autant, ce dernier semble échapper autant à nos héros qu’à son propre camp soulignant l’absurdité de la croyance aveugle dans un individu absent. Paradoxalement, c’est lorsque la série s’éloigne de cette quête de Dieu qu’elle se montre la plus intéressante, à l’image d’une saison 3 qui choisit d’explorer le passé familial de Jesse à Angelville ou la condition vampirique de Cassidy, permettant ainsi d’étoffer la mythologie de la série.

La saison 4 étant la dernière, on pouvait imaginer que les scénaristes allaient accélérer les choses. Beaucoup de questions ont été posées et il était temps de fournir les réponses. Pourquoi The Big Lebowski par exemple ? Malheureusement, toutes ne trouvent pas de réponses et certaines sont parfois oubliées en chemin… Mais Dieu est bien l’antagoniste principal de la saison 4 qui s’amuse plus que jamais de la religion en nous offrant Jésus Christ en personne, un deuxième messie, Hitler en remplaçant du diable et autant d’humour absurde que possible. Cependant, en voulant beaucoup en faire, Preacher oublie de se concentrer sur le plus important : nous offrir un récit bien construit.

Dans cette saison 4, Dieu (Mark Harelik) révèle enfin son visage et, au fur et mesure des épisodes, ses véritables intentions. Prenant le contre-pied du sens commun, il est tout sauf miséricordieux. Très vite est introduite l’idée que Dieu a créé les hommes à sa propre image, donc plein de défauts. Au début, il semble se comporter de façon détestable par ennui, puis on nous montre qu’il peut être cruel, avant que l’on nous révèle son seul souhait. La satire religieuse s’effondre en partie dans cette personnification de Dieu un peu raté, là où elle fonctionnait très bien autour du Grail qui poussait de façon jusqu’au-boutiste la métaphore de la religion comme un commerce, avec un produit que l’on cherche à vendre : l’idée du Paradis. C’est à se demander si la relecture par une production américaine d’une œuvre écrite par des Britanniques ne perd pas en substance dans son propos religieux du fait d’une culture religieuse très forte outre-Atlantique.


Pour conclure, Preacher est une série avec de nombreux défauts à commencer par un problème de rythme qui la poursuivra d’un bout à l’autre, notamment durant la dernière saison qui semble avoir dû mettre un coup d’accélérateur sans s’en donner les moyens. Malgré cela, elle a ses qualités, à commencer par son très bon trio d’acteurs parvient à sublimer jusqu’au bout l’ensemble par certains échanges.

510tHuYhr9L. SL160  - Preacher : Un trio détonnant lancé dans une quête qui n'est pas à leur niveau
Price: 29,00 €
small orange - Preacher : Un trio détonnant lancé dans une quête qui n'est pas à leur niveau
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires