Séries Slasher saison 3 : 24 heures mortelles

Slasher saison 3 : 24 heures mortelles

slasher saison 3 1 - Slasher saison 3 : 24 heures mortelles

Après une seconde saison qui manquait de panache, Slasher fait son retour avec une nouvelle saison intitulée Solstice disponible sur Netflix. Toujours sous la direction d’Aaron Martin, la série continue d’explorer, au cours de 8 épisodes, les dynamiques de personnages complexes, massacrés les uns après les autres par un tueur sans pitié appelé le Druide.

Se déroulant sur vingt-quatre heures, l’histoire se concentre sur un groupe de voisins pris pour cible par un tueur sans pitié, suite à leur passivité devant le meurtre d’un des leurs un an plus tôt. Cependant, à mesure que les secrets des résidents sont révélés, il apparaît clair que les motivations du Druide sont bien plus personnelles qu’il n’y paraît.

Dès les premières minutes, cette troisième saison de Slasher marque par son efficacité. La course poursuite et le meurtre violent d’introduction devant les yeux ébahis des personnages principaux ne laissent aucun doute sur la volonté de l’équipe créative de surenchérir en termes d’hémoglobine. La seconde saison offrait peut-être un récit original, mais la mort des protagonistes était souvent décevante, ce qui est dommage pour une série horrifique. Ici, chaque piège du Druide est à la fois un indice sur son identité et un moyen de punir les victimes personnellement.

Cela dit, ce qui permet réellement à l’ensemble de fonctionner est le soin apporté aux développements des personnages. L’histoire globale, une fois les révélations passées, est plutôt simple. Pourtant, grâce à la manière dont chaque épisode se concentre sur un des voisins pour en dire plus à son sujet, tout en liant sa présence aux événements survenus la nuit du solstice, l’univers en ressort plus profond et plus percutant.

Les archétypes généralement utilisés par le genre sont bien présents, mais ne limitent à aucun moment l’empathie ressentie. Ainsi, plusieurs des morts marquent par leur impact émotionnel, au point d’en devenir tristes, voire enrageantes, en fonction des affinités pour les victimes et leurs histoires personnelles.

Il est aussi vrai que Solstice prend à l’occasion quelques raccourcis et que le rythme global perd en force à mi-parcours après l’un des retournements de situation. Tout n’est pas exploité équitablement si bien qu’il est parfois difficile de dégager le point de vue de l’équipe créative.

En ce sens, les thématiques abordant l’homophobie, le racisme ou le pouvoir des réseaux sociaux sont simplifiées au strict minimum, peut-être par volonté de brouiller les pistes sur l’identité et les motivations du Druide. Le souci est que le propos est intéressant et donne envie d’en découvrir plus, malgré un contexte qui s’y prête peu. De plus, ce traitement un peu nébuleux détourne du véritable discours à propos de la désensibilisation à la violence intrinsèquement liée à l’intrigue.

Efficace et violente, cette troisième saison de Slasher est une honnête réussite. L’ensemble n’est peut-être pas complètement parfait, la faute à un budget réduit et quelques facilités scénaristiques, mais l’intrigue, les personnages et les meurtres permettent d’élever le matériel sans difficulté. La seule véritable déception est finalement de ne pas voir son voisin préféré survivre à ces vingt-quatre heures mortelles.