Séries Autres séries Star Trek Discovery Saison 3 Episode 13 : Cet espoir, c’est vous (fin de saison)

Star Trek Discovery Saison 3 Episode 13 : Cet espoir, c’est vous (fin de saison)

star trek discovery saison 3 episode 13 - Star Trek Discovery Saison 3 Episode 13 : Cet espoir, c’est vous (fin de saison)

Que ce soit dans cette saison 3 de Star Trek Discovery ou dans les précédentes, il y a une constante. Quand vient le moment de sauver tout le monde, on peut compter sur Michael. Même si elle est à l’origine des problèmes ou qu’elle n’a rien avoir avec, personne ne peut faire ce qu’elle fait. D’ailleurs, il n’y a jamais une victoire sans elle.

Bien entendu, les scénaristes font désormais un effort pour tenter de masquer que c’est toujours le cas. Leur motivation est louable, mais cela est presque insultant de les voir faire dans certaines scènes qui se résolvent de manière poussive juste pour montrer que Michael est la meilleure. Osyraa n’avait simplement aucune chance face à elle, mais elle a persévéré.

L’histoire a donc repris là où on l’avait laissée. Stamets a été éjecté du vaisseau et Osyrra est décidée à voler le Discovery malgré tout et de trouver un moyen de récupérer le Dilithium de la planète où se trouve Saru. Elle menace donc Book pour obtenir les coordonnées et Michael n’a pas d’autre choix que de coopérer.

Si l’on peut apprécier que cette saison de Star Trek Discovery ne se termine pas comme la précédente dans le plus grand brouhaha intergalactique imaginable, nous n’échappons pas aux explications scientifiques qui doivent avoir un sens, mais qui semblent toujours être improvisées à la dernière minute. Il ne faut alors pas trop y réfléchir. De toute manière, l’important est que tout fonctionne pour Michael.

Surtout, ce qui comptait était que la tension monte pour nous tenir en haleine jusqu’au bout. Pour y arriver, Osyraa a obtenu le temps nécessaire afin de créer encore plus de problèmes. Il fallait jouer la montre, car les enjeux n’étaient pas réellement placés sur la victoire possible d’Osyraa, mais sur le timing de sa défaite. La véritablement question était : Michael allait-elle réussir à sauver Saru, Dr Culber et Adira ?

C’est sur eux que toute la tension de cet épisode reposait. Certes, on tente de nous faire croire pendant un instant que Tilly et le reste de l’équipage encore sur le vaisseau était en danger, voire que Book pourrait être sacrifié, mais l’écriture du show est tellement transparente quand ce genre de scènes qu’il est difficile de se laisser prendre.

Par contre, le destin de Saru, Dr Culber et Adira, c’était une autre histoire au premier abord. Étrangement, cela est écrit avec une certaine retenue et l’on n’essaie pas de nous convaincre que l’un d’entre eux pourrait ne pas en revenir. Les scénaristes ont compris la première fois qu’ils ont tué le docteur qu’il est probablement préférable de ne pas enrager les fans.

Le souci est que, au moment où tout ce termine, il est apparent que cet épisode n’était vraiment qu’une formalité. Il n’y a aucune réelle prise de risques et beaucoup trop de développements sont prévisibles. Jouer la sécurité n’est pas un problème, en particulier dans une série comme Star Trek Discovery dans laquelle les scénaristes paraissent trop souvent improviser, mais cela ne doit pas être une limitation quand vient le moment d’être émotionnel ou d’induire un peu de suspense.

Concrètement, ce final tombe à plat. Il est la conclusion logique de cette saison 3 qui n’a eu de cesse de proclamer que ce futur était une opportunité pour une renaissance, sans pour autant chercher à la saisir. On nous vend toujours l’idée que nous avons désormais un ensemble show, même si tout repose systématiquement sur Michael. On nous promet un monde nouveau, mais on ne fait que l’entrevoir.

Avec la fin qui, une fois de plus, bouscule la hiérarchie au sein du vaisseau (et pas nécessairement pour le mieux cette fois), Star Trek Discovery boucle sa troisième saison sans faire trop de vagues. Le fameux « Burn » et Osyraa n’étaient que des excuses pour créer des problèmes que Michael devait résoudre, mais ils ont été écrits avec une superficialité regrettable, en particulier parce que rien n’est venu la contrebalancer. Ce dernier épisode démontre cela une nouvelle fois.