Succession Saison 2 : L’argent gagne toujours

Oubliez les Lannister et les guerres de pouvoir dans Game of Thrones, il y a une autre puissante famille à la tête de HBO maintenant et elle fait des ravages. Après deux saisons, Succession a prouvé être plus que digne de succéder à la série de fantasy pour nous offrir des histoires de familles compliquées mélangées avec des trahisons, des coups bas, des conspirations et un peu de sang.

Arrivée discrètement l’été dernier, Succession a su au fil des épisodes de sa première saison se révéler pour nous délivrer le portrait d’une famille sous acide, croisement entre la satire et la tragédie, où les riches ruinent notre vie et la leur aussi, au passage. Ils le font simplement avec des répliques cinglantes et dans des paysages paradisiaques ou dans de luxueux décors.

Elle confirme avec une saison 2 qui va encore plus loin. Si ses problèmes de santé nous avaient éloignés de Logan Roy dans la saison 1, le patriarche à la tête de Waystar Royco reprend les commandes du business (et de la série) pour ces nouveaux épisodes, toujours – en apparence – à la recherche de son héritier. Kendall a tragiquement échoué, c’est maintenant au tour de Shiv, sa seule fille, de tenter sa chance. Elle se voit offrir une opportunité similaire à son frère, et comme Kendall, en s’approchant trop du soleil, elle se brûle les ailes.

Logan Roy occupe ainsi le trône de son entreprise et de Succession, et il est plus que réticent à laisser sa place aux monstres qu’il a lui-même façonnés : ses enfants. Ces derniers peuvent faire tout ce qu’ils veulent, satisfaire le patriarche est comme une mission impossible. Il faut dire que Logan Roy vit dans un monde très shakespearien, avec l’idée qu’il faut tuer le roi pour monter sur le trône. Il pousse inexorablement ses enfants dans leurs retranchements, les utilisant, les manipulant, les abusant pour parvenir à ses fins. Il a bâti un empire et celui qui doit lui succéder doit posséder l’envie de sang, comme lui.

La conclusion de la saison 2 est d’une logique implacable, et l’équipe scénaristique de Succession dirigée par le créateur Jesse Armstrong va nous y mener avec brio. Chaque épisode existe pour ajouter une pierre à l’édifice, construire un récit où la famille Roy s’expose autant sur un plan personnel que professionnel. Shiv veut sa place dans l’empire, Kendall est un petit soldat brisé qui doit recoller les morceaux pour se relever, et Roman est sur la route de l’apprentissage et de la maturité. Autour deux, Tom s’affirme en figure tragico-comique, à travers son duo avec Greg qui fait toujours des étincelles et une relation avec Shiv et les Roy où l’humiliation est omniprésente (Boar on the Floor !). Gerri devient une alliée solide pour Roman et, à l’image de Frank, réussit à survivre à tout ce qui se passe.

De la possible fusion avec un autre empire médiatique, celui-ci « soit disant » respectable, à l’utilisation des fake news, au scandale #metoo et aux témoignages devant le Congrès, Succession nous plonge dans les coulisses d’un empire où les discussions existent avant tout pour savoir comment étouffer, faire oublier ou éclipser une crise au détriment des répercussions humaines et psychologiques. Le peu de conscience que quelqu’un peut émettre est souvent vite balayé sous le tapis, il est important de ne pas s’y arrêter.

Les apparences comptent plus que tout, et Succession brille dans ce domaine presque autant que dans ses lignes de dialogues inimitables. Tout est terriblement beau et beige, tout est luxueux et anodin. Les Roy évoluent dans un milieu de richesse qui les laisse indifférents, où l’on peut jeter une tonne de nourriture à la poubelle, prendre un hélicoptère pour se rendre à un pique-nique et partir en escapade dans les îles Grecques sur un énorme bateau. La réalisation est aussi discrète qu’efficace, reflétant à la perfection le fait que l’on peut admirer le décor, mais que les personnages qui l’occupent y sont tout simplement habitués. Reste Cousin Greg(ory) qui réagit à l’occasion comme n’importe qui, c’est-à-dire capable de s’émerveiller. Et, lorsque la conclusion arrive, il est là pour nous signifier qu’on finit, petit à petit, par s’accoutumer à tout cela.

Visuel léché, richesse à perte de vue et échanges acérés servent dès lors les personnages à nous délivrer une partition personnelle, où humour et désespoir se côtoie de près. Dans Succession, il est aisé de rire avec les Roy, mais aussi des Roy et d’avoir à la fois des ressentiments pour leur amoralité et une dose de compassion notable pour la tragédie qui se joue. Tout se mélange donc pour donner le jour à des scènes marquantes, inconfortables et/ou terriblement divertissantes.

L’ensemble est naturellement sublimé par le casting, qui ne cesse d’impressionner, à commencer par Brian Cox d’une forme olympique qui domine la famille Roy d’une poigne de fer et qui aime ses progénitures de la manière la plus tordue qui soit. Kendall en est le premier à en payer le prix, et Jeremy Strong transcende le matériel qu’on lui donne. Les autres ne sont pas en reste, ils ont tous l’opportunité de briller à un moment ou un autre et de toute façon, il n’y a pas vraiment de fausse note dans le monde de Succession, ou alors celle-ci apparait voulue.

Au final, cette saison 2 de Succession multiplie les occasions où les membres de la famille Roy doivent tenter de travailler en cœur et sont forcés de se côtoyer, le sourire (hypocrite) aux lèvres, mais avec une réplique cinglante dans la poche. En bout de route, c’est surtout une orchestration maitrisée qui donne forme à une saison où les pièces s’emboitent pour nous en dévoiler plus sur la famille Roy et sur ce monde impitoyable, où tous les coups sont permis et même encouragés. Après le dernier reçu dans le final de la saison 2, la saison 3 est naturellement fortement attendue.

Tags : Succession moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link