Pour la fin de sa saison 2, Supergirl nous offre une confrontation royale

24 Mai 2017 à 12:30

supergirl saison 2 final - Pour la fin de sa saison 2, Supergirl nous offre une confrontation royale

Attention, cette critique contient des spoilers sur la fin de saison 2 de Supergirl.

Les scénaristes de Supergirl ont construit leur fin de saison 2 en développant une intrigue pouvant offrir de gros enjeux en conservant un angle intimiste. C’est ainsi que Rhea, la mère de Mon-El, est devenue la grande méchante.

Elle a manipulé Lena pour créer un portail lui permettant de faire venir une flotte de vaisseaux de Daxamite dans le but de conquérir la Terre. Bien entendu, elle choisit de poser ses valises à National City avant de lancer sa conquête. Une ville à la fois semble être la stratégie. On passera également sur l’angle scientifique de la série, qui est digne de The 100 à ce niveau-là.

Mettre la ville du super-héros en danger est un classique du genre et de l’Arrowverse. Pour épauler Supergirl dans son combat néanmoins, l’équipe créative ramène deux personnages importants de cet univers : d’abord Cat Grant, puis Superman/Clark Kent.

Même lorsqu’elle doit délivrer un speech mal écrit qui doit pourtant inspirer les foules, Calista Flockhart nous rappelle à quel point Cat Grant énergise une scène. L’actrice prend tout ce qu’il y a de plus ridicule et le délivre avec une conviction impressionnante.

Presque aussi impressionnant est bel et bien la capacité de Tyler Hoechlin à incarner un Superman/Clark Kent si attachant malgré la volonté des scénaristes d’en faire un étrange faire valoir. L’agenda féministe est poussé à l’extrême, jusqu’à Kara parvenant à battre son cousin bien que ce dernier pense affronter le Général Zod et ne se retiendrait pas. C’est un scénario difficile à concevoir, mais le reste du final se charge de nous confirmer que le passage de Superman n’est ici que pour l’action et pour donner à Kara son titre d’héroïne suprême.

Ce final possède de nombreuses faiblesses narratives — comme sa difficulté à bien exploiter l’ensemble de ses personnages —, mais Rhea n’en fait pas à parti. Elle a su s’imposer comme une méchante charismatique ne retenant pas ses coups et prête à manigancer et tuer pour toucher à son but.

Avec son armée, elle a permis d’assurer que l’épisode nous fournisse la dose d’action que l’on est en droit d’espérer dans le final d’une série comme Supergirl. Il va de soi qu’avoir une telle héroïne n’est pas facile à gérer sur un plan budgétaire, il est alors toujours plaisant de voir que l’équipe créative peut délivrer plus pour la conclusion.

Rhea n’a pas pu cependant extirper Mon-El de son simple rôle de petit ami dévoué corps et âme à celle qu’il aime. Une grande partie des enjeux de cette fin de saison 2 reposait sur cette romance qui fut plus que raison au cœur des développements touchants Kara, au détriment du reste. Et à l’image de Superman, Mon-El — malgré qu’il s’agisse de sa mère — était avant tout là pour épauler Supergirl et n’avait pas vraiment d’autres motivations pour agir.

Dans Supergirl, l’ultime sacrifice est bel et bien pour Kara d’être séparé de l’homme qu’elle aime après avoir sauvé National City — confirmant l’importance de l’angle romantique de cette saison 2. Ce n’est pas aussi poignant que voulu par les scénaristes, malgré le discours de Cat Grant pour y donner un peu de relief émotionnel. C’est surtout orchestré de manière où cela n’apparait au fond pas suffisamment définitif pour fonctionner. Mon-El est en vérité au cœur d’un des deux cliffhangers de cette fin de saison 2 en étant absorbé par un vortex. Cette fin a le mérite d’enfin le pousser dans une nouvelle direction.

Le second nous ramène 35 ans en arrière, au moment de la destruction de Krypton pour nous introduire au personnage qui sera sûrement l’ennemi de la saison 3. Une scène qui aurait très bien pu se trouver, justement, dans la reprise la troisième saison. L’avantage de savoir que la série a été renouvelée se situe là, à l’évidence, faire un peu de teasing pour ce qui est à venir. Pour autant, il y a toujours à discuter de l’efficacité d’une telle manœuvre.

En bout de route, sans Cat Grant, Supergirl n’était plus la même en saison 2 et elle n’aura pas su vraiment se reconstruire. Les scénaristes ont alors eu des difficultés à redistribuer toutes les cartes et redonner du matériel à leurs personnages. En parallèle, l’équilibre identitaire de Kara fut inexistant, l’équipe ayant favorisé Supergirl et sa vie romantique aux ambitions professionnelles de Kara et sa place sur Terre. Reste quelques bonnes idées et épisodes parsemés par-ci par-là ainsi que quelques méchants efficaces assurant le divertissement. Enfin, Supergirl termine tout de même sa seconde saison avec un peu de panache, quelque chose qui lui a manqué à de nombreuses occasions au cours de cette salve d’épisodes.

Tags : Supergirl moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires