The Flash : Deux Flash pour le prix d’un (2.02)

14 Oct 2015 à 12:00

the flash saison 2 episode 2 jay garrick - The Flash : Deux Flash pour le prix d’un (2.02)

Jay Garrick explique à Barry qu’il est le Flash d’une Terre parallèle et qu’il était en train d’affronter Zoom lorsque la singularité l’a transporté dans ce monde. La théorie des multivers devient alors réalité pour l’équipe de STAR Labs qui fait toutes sortes de tests sur Jay pour découvrir si oui ou non il dit la vérité sur son monde et la menace que représente Zoom alors qu’un autre métahumain arrive pour tuer Barry.

Rien n’est plus exaltant que voir la mythologie être développée dans The Flash. Des mondes parallèles ? Un Flash d’un autre monde ? Des métahumains venus tuer Flash sous les ordres de Zoom ? Voilà de quoi scotcher au canapé. Si la reprise de cette saison 2 de The Flash était maladroite, elle se terminait de manière nettement plus excitante avec l’arrivée de Jay Garrick pour mieux nous lancer vers tous ces nouveaux enjeux.

Arrivé au terme de Flash of Two Worlds, titre de cet épisode faisant référence à un numéro de la bande-dessinée, il semble que les scénaristes soient surtout bon pour le teasing. La conclusion nous ramène un visage familier de manière encore plus enthousiasmante que pour Jay Garrick (aidé par le fait que c’est un retour fortement attendu). L’épisode parvient dans ces dernières secondes à de nouveau faire monter l’attente là où tout le reste nous délivre des informations importantes avec maladresse et manque de liant.

Jay Garrick est donc un Flash venu d’un autre monde (aka Earth-2) qui est maintenant coincé sur notre Terre (aka Earth-1). Son interprète Teddy Sears n’a pas besoin d’avoir le casque sur la tête pour s’imposer, l’acteur apporte une gravité palpable qui vient donner à la situation de crise une véritable ampleur là où les réticences de Barry sont un frein notable à tout bon développement.

Bien évidemment, The Flash se confronte à travers la figure adulte et le rôle de mentor qu’endosse naturellement Jay aux dégâts psychologiques causés par Harrison Wells. Ou dirons-nous Eobard Thawne sous les traits du fameux scientifique. Aussi inévitable que cela soit et aussi pertinent soit-il de voir l’équipe faire son travail comme il faut d’un bout à l’autre, il reste que Barry se révèle plus comme quelqu’un qui vient tuer l’ambiance. Tous les autres s’activent et il ne fait que les ralentir. Pour ne pas aider, cela existe presque pour qu’Iris puisse de nouveau pousser Barry dans la bonne direction, le scientifique étant définitivement émotionnellement inapte. Un point qui mériterait d’être vraiment creusé.

Il faut encore une fois se tourner vers Caitlin pour obtenir une réflexion plus sensible sur la problématique. Barry n’est pas le seul à avoir perdu quelque chose, c’est aussi le cas de ses amis ainsi que de Jay Garrick et le sujet est bien plus intéressant à leurs côtés qu’avec Barry. De même, l’évolution des capacités de Cisco possède une dimension émotionnelle lié à Wells qui est efficace en quelques secondes – malgré une mise en scène à l’aide du docteur Stein plus que douteuse.

L’équipe de The Flash croule à l’évidence sous les informations à fournir. Trop d’échanges se transforment en de simples explications factuelles pour s’assurer que tout le monde saissise bien – spectateurs compris – de quoi il retourne et adhère aux concepts les plus extrêmes. Que Joe ait du mal est une chose, le faire passer pour un type qui n’a pas regardé un film de genre en est une tout autre.

Les scénaristes se montrent alors plus que didactique à tous les niveaux, à l’image de l’introduction de Patty Spivot, une passionnée de sciences (façon The Flash) qui est une flic en uniforme déterminée à rejoindre la Task Force de Joe. Si son enthousiasme est bienvenu, il aurait été bien avisé d’éviter de la placer en danger si tôt et de nous déballer toute son histoire à la vitesse de l’éclair. C’est toujours mieux que l’arrivée d’un membre important de la famille West à la fin, qui vient juste s’ajouter à la liste de tout ce que l’épisode devait donc apparemment faire.

L’équipe de The Flash mène une course contre la montre qui consiste à nous introduire des personnages et nous délivrer des informations clés en un laps de temps le plus court possible. La faute à de trop grosses ambitions ou un planning serré avec Legends of Tomorrow ? Qu’importe l’explication, seul le résultat compte.

Flash of Two Worlds a donc un carnet des charges beaucoup trop chargé, devant faire avancer toutes les intrigues, petites ou grandes, en même temps. On ne peut pas leur reprocher un manque d’ambitions, mais on peut certainement discuter de l’exécution qui mériterait d’être plus travaillée d’un bout à l’autre.

Vous aimez The Flash ? Vous pouvez retrouvez la série en DVD et Blu-ray ainsi que des produits dérivés sur Amazon.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires