The Walking Dead – Judge, Jury, Executioner (2.11)

Après avoir interrogé Randall, Daryl annonce au groupe qu’il est une menace. Rick décide alors de l’éliminer. Dale tente alors de convaincre tout le monde qu’il faut le laisser vivre.

Que se passe-t-il généralement quand une décision difficile doit être prise ? Le groupe se divise en deux. D’un côté, il y a Dale qui défend la morale et le besoin de maintenir un certain standard de décence humaine. De l’autre, il y a Shane. Entre les deux, ça vacille. Le schéma est désormais connu, beaucoup trop, mais il semble qu’il fallait une fois de plus le suivre à la lettre, et ce, pendant un épisode entier.

Certes, The Walking Dead possède le décor parfait pour redéfinir ce que c’est qu’être humain quand on enlève les repères socioculturels qui définissent notre société, mais cela peut être fait avec plus de subtilité qu’ici. De plus, ce n’est pas la première fois que le sujet est exploité, tenter différentes approches ne serait pas la pire des choses, pourrait-on penser. En tout cas, il est clair que nous avons ici des thématiques qui reviennent constamment et qui seront présentes encore longtemps dans la série. On peut espérer que, par la suite, cela sera mieux écrit.

Donc, nous passons tout l’épisode avec Dale qui rend visite à tous les membres du groupe, ou presque – T-Dog ? –, dans le but avoué de convaincre suffisamment de monde que tuer Randall n’est pas la chose à faire, bien au contraire, car ce qui les sépare des monstres disparaitrait d’un seul coup. L’argumentaire est valable, mais il est ici surtout question d’influence, pas de logique ou de raison. Le scénario est clairement construit pour nous montrer que la voie de Shane séduit de plus en plus et Rick est sur le point de l’emprunter à son tour. La peur a rongé un par un les membres du groupe et ils tentent tous de déterminer ce qui est le plus important pour eux.

Dale suit ses idéaux, car il ne veut pas se résigner, tandis que pour Shane, il est question de pouvoir et de contrôle. Rick pense avoir poussé son ami à faire marche arrière, alors qu’il lui a surtout fait comprendre que pour arriver à son but il se doit d’être encore plus discrètement pernicieux.

Au final, l’ensemble tourne tout de même en rond d’un bout à l’autre avant de se conclure sur une scène-choc – naturellement. Celle-ci donne l’impression que tout l’air qui vient d’être brassé a servi de cri d’alerte, nous annonçant un avenir peu glorieux. Rick en prendra peut-être conscience. Les cartes ne sont pas redistribuées, mais il va y avoir des conséquences certaines et Shane tentera très probablement de saisir l’occasion pour prendre les commandes.

Judge, Jury, Executioner est le genre d’épisode qui trouve son intérêt à la dernière seconde, mais cela n’est pas suffisant pour compenser les carences qui se sont fait sentir d’un bout à l’autre. Espérons que le déclic causé par la scène de fin entrainera la saison vers quelque chose de plus palpitant. Au moins, Daryl est déjà sur le retour.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link