The Witcher Saison 1 : Jette un sou au Sorceleur (sur Netflix)

1 Jan 2020 à 13:00

the witcher saison 1 netflix henry cavill - The Witcher Saison 1 : Jette un sou au Sorceleur (sur Netflix)

Saga fantastique à succès écrite par Andrzej Sapkowski, The Witcher est peut-être plus connu pour avoir donné le jour à une populaire série de jeux vidéo. L’œuvre prend maintenant la forme d’une série télévisée pour Netflix, qui a passé commande pour une saison 2 avant même la mise en ligne.

La showrunner Lauren Schmidt Hissrich et son équipe de scénaristes ont donc pour mission de donner vie à l’univers de fantasy médiévale de The Witcher. Plus précisément, l’histoire suit Geralt of Rivia (Henry Cavill), un sorceleur/witcher, c’est-à-dire un mutant chasseur de monstres dont la destinée est liée à la sorcière Yennefer of Vengerberg (Anya Chalotra) et la jeune princesse Cirilla (Freya Allan).

Ce qui relie ses trois personnages n’est cependant pas explicité dès le départ. Nous les suivons chacun de leur côté, la série nous relatant les évènements qui vont les forger avant qu’ils ne se rencontrent. Au départ, The Witcher est surtout une invitation à l’évasion dans un monde médiéval et dangereux, aux règles obscures. Les dialogues sont parsemés d’un vocabulaire de fantasy qui ne veut pas dire grand-chose et on nous dissimule des informations, surtout pour ce qui touche à la ligne temporelle.

Pour en rajouter une couche, entre chaque épisode, on fait des bonds temporels, parfois assez déroutants, venant complexifier une construction narrative qui joue beaucoup avec le temps, pour un effet mitigé. S’il y a sûrement une explication budgétaire derrière, bénéficier de deux épisodes de plus (dans une saison qui en comprend huit) pour relater quelques péripéties ou exploits supplémentaires auraient aidé le récit à gagner en fluidité.

Qui plus est, les scénaristes de The Witcher prennent un certain plaisir à l’évidence à semer des graines qui ne vont pas être récoltées, ou même juste germer dans cette première saison. Si faire de la mise en place pour la suite peut avoir du sens, c’est la façon dont les éléments sont introduits qui pose problème. Il y a la sensation que cela compte, va prendre de l’importance, que l’on va revenir dessus sans que cela ne se produise à court terme. Parfois oui, parfois non.

Il n’est pas difficile alors de conclure qu’en termes d’introduction, on a vue à la fois plus habile et plus subtile en la matière. Pourtant, cela n’empêche pas The Witcher de présenter des arguments convaincants, qui donnent envie d’en voir plus. La saison mise au départ sur Geralt, ce solitaire génétiquement modifié qui gagne sa croûte en tuant des monstres. Il est le genre d’hommes qui dit ne pas aimer prendre position, mais qui se retrouve toujours à le faire. Peu vocal, mais qui n’a pas besoin de l’être pour que l’on sache ce qu’il pense, on lit dans Geralt presque comme dans un livre ouvert. C’est tant mieux, la série n’a pas besoin d’avoir un héros opaque, son côté âme torturé est suffisant.

À ses côtés, s’invite ensuite Jaskier (Joey Batey), un barde qui vient injecter une dose d’humour bienvenue et rendre l’univers dangereux du Witcher bien plus divertissant. Cela nous offre des histoires qui apparaissent indépendantes, mais qui aident à étoffer le récit sur la longueur en délivrant par ailleurs des affrontements de qualité. La série offre des chorégraphies aussi lisibles qu’efficaces, tenant toutes ses promesses sur ce plan-là, alors qu’elle reste assez classique sur son traitement visuel, avec une réalisation assez oubliable. Rien en tout cas qui ne risque d’éclipser les robes de Yennefer ou le pantalon moulant de Geralt.

Plus la saison progresse et plus Yennefer en prend d’ailleurs les devants, allant même jusqu’à voler la vedette au witcher à plus d’une occasion. La sorcière a une forte personnalité, et se révèle être particulièrement obstinée. Du trio, Ciri est la plus mal lotie du lot. Aussi sympathique soit-elle, la jeune femme présentée comme importante reste plus ou moins en mode survie durant toute la saison. Les adversaires sont quant à eux à peine dessinées, et leurs motivations sont évoquées, mais restent tragiquement floues — dû à des développements tout simplement inexistants.

Dans tous les cas, The Witcher est le genre de séries où se côtoie univers monstrueux, enjeux politiques sans grosse subtilité et une bonne dose de romanesque. Ça se prend au sérieux, mais ça sait aussi exactement quand ne pas l’être. Dans l’esprit, on se retrouve plus proche d’une sorte de Xena pour notre époque, entre enjeux mythologiques majeurs et un sens de l’aventure. Avec des histoires de destinée.

Alors que l’on passe d’une cour à une autre, d’un personnage à un autre, The Witcher utilise le plus vieux cliché du genre — avec ses histoires de prophétie et de destinée — pour construire une problématique sur la famille. L’abandon, la perte, la trahison et la maltraitance forgent les personnages qui doivent dès lors à la fois apprendre à vivre avec les choix qui ont été faits pour eux, ou ceux dont ils ne mesuraient pas l’impact. En découlent des questions sur l’amour, la succession et l’héritage prenant de l’importance au fil des épisodes.

En bout de route, The Witcher se veut être une sorte de lettre d’amour imparfaite à la fantasy médiévale, embrassant les éléments propres au genre pour donner forme à son aventure. Les problèmes de temporalité ou des développements trop légers ne viennent pas trop gâcher le plaisir général du visionnage, qui délivre la dose d’action et de magie pour faire son effet. Elle se révèle être une introduction prometteuse qui appelle sans conteste à une suite.

51JUnrmqq7L. SL160  - The Witcher Saison 1 : Jette un sou au Sorceleur (sur Netflix)
Price: 59,95 €
small orange - The Witcher Saison 1 : Jette un sou au Sorceleur (sur Netflix)
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires