Séries Autres séries Vikings – Rites of Passage (1.01 – Pilote)

Vikings – Rites of Passage (1.01 – Pilote)

Vikings 1x01 - Vikings - Rites of Passage (1.01 - Pilote)

Au 8ème siècle, en Scandinavie, Ragnar Lothbrok est un guerrier et un fermier qui rêve de prendre la mer pour s’aventurer vers l’Ouest. Pour le faire, il doit d’abord convaincre le puissant Earl Haraldson de le laisser tenter l’expérience.

Après le succès de Hatfields & McCoys, la chaine américaine History lance une nouvelle série, Vikings, créée par Michael Hirst à qui l’on doit déjà The Tudors. Le sujet est alors des plus explicite, mais l’histoire n’est pas pour autant connue – du côté de chez nous du moins.

Nous nous embarquons donc dans une contrée scandinave du 8ème siècle où l’on trouve des Vikings. Ragnar s’impose particulièrement à nous, puisque c’est lui que l’on suit et c’est lui qui a des ambitions de conquêtes. Enfin, il est curieux de voir s’il peut voyager vers l’ouest pour découvrir de nouvelles terres à piller.

Bien entendu, il doit surmonter des obstacles pour y arriver. Le plus important d’entre eux est incarné par Gabriel Byrne, le leader Earl Haraldson. Dans le genre, on peut dire qu’il ne sort pas vraiment du lot, étant présenté comme un homme aimant trop son pouvoir pour laisser quiconque remettre en question la notion selon laquelle il peut en abuser librement. Il se méfie donc à juste titre de Ragnar.

Ce pilote s’occupe de nous introduire cela sans trop de finesse, Hirst paraissant plus se focaliser sur la représentation de la culture et autres rites des Vikings. Il doit probablement justifier la place du show sur une chaine comme History, mais le côté démonstratif de la manœuvre tend à ralentir souvent inutilement le rythme de ce premier épisode.

Malgré ça, il est indéniable que tout ce qui devrait être fait pour poser les enjeux de l’histoire a bien été accompli. On se familiarise avec Ragnar et sa famille, et on apprend à mesurer les différents conflits présents. L’ensemble suit clairement un cahier des charges précis et s’y colle au point que l’on frôle occasionnellement le simple inventaire. Il en ressort un léger manque de profondeur dans le propos, une absence de nuances qui pourra certainement être compensée par la suite, maintenant que la partie exposition est complétée.

Il serait également pertinent d’améliorer au passage la gestion du temps qui est des plus abstraite par moment. C’est relativement dérangeant dans le dernier tiers de l’épisode qui nous entraine vers une conclusion attendue, mais qui apparait légèrement précipitée dans les faits.

En tout cas, à défaut de montrer qu’elle possède pour l’instant un potentiel important, Vikings débute convenablement. Ses ambitions ne sont visiblement pas énormes, mais étant donné les moyens pouvant être mis en œuvre par une chaine comme History, il est probablement préférable que cela reste ainsi. Cela dit, il y a bien de quoi se divertir tout en apprenant des choses, ce qui est attrayant d’une certaine manière, si le sujet intéresse.