Why Women Kill Saison 2 : Avoir la main verte… pour le meurtre (sur Salto)

3 Août 2021 à 12:00

Why Women Kill Saison 2 - Why Women Kill Saison 2 : Avoir la main verte... pour le meurtre (sur Salto)

La première saison de Why Women Kill nous délivrait trois bonnes raisons de tuer en explorant la vie de trois femmes ayant occupées la même maison à trois époques différentes. La création de Marc Cherry nous revient pour une saison 2 avec une tout autre histoire et un nouveau casting.

Cette fois-ci, le récit de Why Women Kill nous ramène en 1949 pour s’intéresser à Alma Fillcot (Allison Tolman), une épouse et mère de famille timide qui a toujours su rester optimiste face à l’adversité. Alma désire plus que tout au monde rejoindre le club de jardinage dont la belle et riche Rita Castillo (Lana Parrilla) est la présidente. Cette dernière attend désespérément que son mari meure, et occupe son temps libre en menant le club d’une poigne de fer et en ayant une liaison avec un homme plus jeune. Alma et Rita vont entrer en collision et leur monde va voler en éclats en conséquence, menant ainsi à un certain nombre de morts !

L’un des défauts de cette saison 2 de Why Women Kill est alors de vouloir trop en faire, trop en dire. Car derrière l’idée que quelqu’un peut tuer simplement pour entrer dans un club de jardinage se cache une réflexion sur la beauté, les apparences, les effets d’être totalement ignoré par la société. C’est une critique acerbe des classes sociales, de l’exploitation et de la place de la femme dans ce système. Avec un zeste d’amour !

Il n’est pas difficile d’imaginer que Marc Cherry et son équipe ont aimé donner vie aux années 60 au cours de la première saison et ont eu envie de remettre le couvert en saison 2, en s’intéressant à une autre période où les costumes des personnages pourraient en dire autant, voir plus que les expressions physiques de leurs acteurs. La saison multiplie ainsi les symbolismes esthétiques à travers le style de ses personnages, représentant à la fois leur classe sociale et leur état d’esprit. Et plus le personnage remplit les standards de beauté, plus le jeu des apparences est à son paroxysme.

Dans cette lignée, l’équipe scénaristique construit les parcours de Rita et Alma pour créer un véritable effet de miroir inversé. La première est introduite comme une véritable star hollywoodienne dans sa robe rouge flamboyante. Rita a l’argent, la beauté et le sarcasme pour elle. La saison va alors nous déconstruire cette femme pour nous révéler ce qu’elle était et comment elle est devenue ainsi. Lana Parrilla excelle naturellement à jouer la figure féminine méchante qui est plus complexe et loin d’être aussi corrompue qu’il n’y parait. Classique, mais efficace.

Néanmoins, la véritable transformation de la saison revient à Alma, gentille épouse et mère de famille qui va découvrir le secret de son mari, et ce dont elle est réellement capable pour obtenir ce qu’elle veut. Celle qui restait sagement dans son coin apprend à quel point le monde l’a sous-estimé et qu’elle a fini elle-même par y croire. De créature presque fragile, Allison Tolman conduit progressivement Alma vers une femme qui tient ses positions, et il est naturellement réjouissant de la voir prendre le contrôle de son existence. Mais les choses ne sont pas aussi simples que cela, et Alma, en montant les échelons et en attirant l’attention, a goûté à un luxe qu’elle n’avait jamais eu, ne pourra plus s’arrêter. Complètement happée par cette version d’elle-même qui brille de mille feux à l’extérieur, celle qu’elle était à l’intérieur a disparu petit à petit pour laisser sa place à une femme prête à éliminer tout ce qui se trouve sur sa route. Et disons-le, difficile de ne pas admirer le sens de l’improvisation d’Alma !

Autour des deux femmes gravite alors une palette de personnages qui vient enrichir l’univers, multiplier les raisons de tuer et explorer les thématiques de la série, avec plus ou moins de succès. La série parvient à nous offrir le tueur en série le plus attachant qui soit ainsi qu’à faire de ce crétin d’amant qu’est Scooter une meilleure personne qu’on pouvait l’imagine. Mais on reste sans aucun doute à la surface quant il est question de Vern, le détective privé et intérêt amoureux de Dee (la fille d’Alma), ou encore de Grace, membre du club de jardinage sous-exploité alors que Catherine, la fille de Carlo, aurait pu bénéficier d’un peu moins de temps d’antenne sans perdre de sa splendeur.

Au final, sans le concept qui animait la première saison, cette saison 2 de Why Women Kill se présente comme étant plus classique, mais conserve un propos riche et reste stylé. C’est peut-être même sur le plan esthétique qu’elle décide sans conteste d’élever le niveau en utilisant l’imagerie à son maximum pour faire son point. Le résultat est une saison qui possède quelques déséquilibres, mais qui ne manque pas de mordant.

Une saison 3 pour Why Women Kill ? Pour le moment, l’avenir de la série n’a pas été officialisé. En attendant, la saison 2 de Why Women Kill, tout comme la première, est disponible dans son intégralité sur Salto.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires