Ex Machina et la question de l’humanité du robot

6 Juin 2015 à 19:03

Ex Machine - Ex Machina et la question de l'humanité du robot

La question n’est pas comment une intelligence artificielle pourrait voir le jour, mais quand. C’est ce qui a motivé Nathan Bateman (Oscar Issac), génie et gourou high tech, sorte de figure mythique qui invite Caleb Smith (Domhnall Gleeson) dans sa résidence isolée du reste du monde pendant la semaine qui nous est contée dans cet Ex Machina. Derrière une excuse sans importance se cache une mission notable pour le jeune homme. Il est en effet convié à tester une intelligence artificielle nommée Ava (Alicia Vikander).

Quand on a déjà vu un épisode de Black Mirror, on sait que cela deviendra rapidement problématique. Ce petit film de science-fiction britannique d’Alex Garland a en effet tous les attributs définissant un épisode de l’anthologie de Charlie Brooker – et son esthétisme froid et léché également. Une personne face à une technologie qui dérive de ce que nous avons actuellement doit naviguer sur une ligne qui s’affine et qui sépare l’humain et la technologie. Nous sommes arrivés au point où nous dépendons de plus en plus chaque jour des outils qui deviennent une extension de nos capacités pour agir et communiquer. L’intelligence artificielle de Nathan apparait en effet inévitable d’où on se trouve à présent. C’est d’ailleurs pour cela que de plus en plus d’œuvres de fiction s’intéressent à ce sujet.

L’originalité d’Ex Machina est qu’il n’est pas question de parler du danger que représente une telle avancée. Savoir qu’une machine pourrait avoir sa propre conscience et ainsi prendre ses propres décisions est effrayant, surtout quand on vit dans un monde comme le nôtre où l’évolution technologique est souvent à ce point synonyme de vie comme de mort dans la culture populaire. Ici, il est seulement question de réfléchir sur le seuil qu’Ava doit dépasser pour qu’on puisse la considérée comme étant une IA autonome et non une simple machine bien programmée.

À l’opposée de Rick Deckard dans Blade Runner, Caleb fait face à Ava et lui pose des questions non pas pour tenter de voir la machine, mais parce qu’il désire voir son humanité. Il veut y croire. Leur relation va cependant rapidement évoluer pour devenir tendancieuse. Le réalisateur (Alex Garland) brouille ainsi les pistes, nous montrant des choses pour mieux nous en cacher d’autres afin de nous aider à nous identifier à Caleb – et il finit même par nous l’avouer. Son histoire s’éloigne ainsi rapidement du test de départ pour se focaliser sur le lien entre ce jeune homme et cette machine qui apparait plus humaine à chacune de ses apparitions. Néanmoins, c’est le test qui finit par reprendre le dessus et nous mener à une conclusion ouverte qui rappelle les questions que le film n’était pas prêt à poser.

À la base, Ex Machina se contente donc de nous proposer une réflexion sur ce qui caractérise une personne, un individu. En faisant ça par le prisme de l’intelligence artificielle, le film cherche à étendre son propos, mais le noie dans des dialogues qui servent principalement à exposer oralement ce qui était visuellement évident. Il est alors regrettable que la mise en scène assez plate rende le récit encore plus monotone. Heureusement qu’Oscar Isaac offre une merveilleuse distraction en ne cessant pas d’entretenir une aura de mystère qui rend l’ensemble un peu plus cohérent.

Ex Machina est définitivement un long-métrage intéressant dans le fond, mais qui n’est pas assez efficace dans la forme pour élever son propos. Celle-ci est limitée par le minimalisme de l’œuvre et finit par réellement manquer de relief. Concrètement, cela aurait fait un épisode correct de Black Mirror, mais pas un très bon.

Tags : Cinéma Black Mirror moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2020 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires