American Horror Story : Cult – Valerie Solanas est morte pour vos péchés (7.07)

À plusieurs reprises par le passé, les scénaristes d’American Horror Story se sont employés à utiliser des histoires vraies pour donner un certain poids à ce qu’ils développaient. Ils récidivent ici avec Valerie Solanas, son SCUM Manifesto, mais aussi le tueur du Zodiaque.

Nous nous éloignons donc de la construction narrative des précédents épisodes pour plonger dans le passé à l’aide de longs flashbacks qui nous parlent du culte de Valerie Solonas. Tout débute quelque temps après la fusilla qui mena à la mort de Meadow et à l’arrestation d’Ally. Beverly est abordée par la mystérieuse Bebe Babbot — incarnée par Frances Conroy — qui l’introduira au travail de Valerie après que Kai l’ait en quelque sorte repoussée.

Poursuivant dans son approche satirique, American Horror Story: Cult s’attaque à la patriarchie, mais cherche surtout à démontrer que tous les cultes fonctionnent de la même manière, en employant des approches similaires, peu importe l’ennemi.

Dans le fond, il y a quelque chose d’effrayant qui ressort de cet épisode 7, mais il est quelque peu difficile de véritablement le ressentir tellement Lena Dunham est hilarante dans le rôle de Valerie Solonas.

La créatrice de Girls domine l’épisode en nous livrant une performance énergique qui rend les excès de son personnage presque absurde. Peut-être que l’effet recherché n’était pas parodique, mais c’est comme cela que cela se traduit à l’écran. D’ailleurs, la manière avec laquelle les meurtres du tueur du Zodiaque sont abordés amplifie ce sentiment tragicomique qui en vient à caractériser tout l’épisode.

American Horror Story: Cult n’ayant pas été consistante depuis le début, ce changement de tonalité pourrait laisser craindre qu’il était surtout question de faire du remplissage. Heureusement, la chute de l’épisode montre que l’exploitation de Valerie Solonas n’est pas qu’une simple distraction et c’est là que l’on revient sur ce qui fait fonctionner un culte.

Naturellement, il est difficile de passer à côté de quelques remarques sur la politique de Donald Trump qui aident à vendre l’idée que les femmes du groupe de Kai puissent trouver dans SCUM une voie à suivre, mais il est surtout question de parler de la force que peut avoir un message écrit et aisé à partager.

En restant ainsi centré sur le sujet du culte, l’épisode se montre pertinent en dépit du fait que la prestation de Lena Dunham en fait un joli délire qui aurait presque été une anomalie dans cette saison.

Alors qu’il ne reste que 4 épisodes, American Horror Story: Cult continue donc son chemin en prenant des risques intéressants qui ont le mérite de divertir plus que de raison.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link