Breaking Bad - Peekaboo (2.06)

Le secret de Walt est menacé quand Skyler décide de remercier Gretchen pour payer le traitement. Jesse va voir les deux drogués qui ont volé un de ses revendeurs.

Je pense que l’envie d’écrire ses mots doit me venir à chaque critique de Breaking Bad : un jour à la fois, une étape à la fois. Un évènement par épisode. Il faut dire que les jours de Walt sont comptés, ainsi le temps se doit de passer à une allure calme, car il ne lui reste pas des années à vivre.

Gretchen va découvrir que Walt a fait croire à Skyler qu’elle et Elliott payent le traitement. Nous avions eu en saison 1, un aperçu des relations qui liaient les deux couples, cela prenant racine dans le passé de Walt. Beaucoup de sous entendus, et peu de vérités explicitées. Au stade où il en est, Walt ne s’encombre plus beaucoup d’hypocrisie avec autrui, mais d’énormément de mensonges avec sa femme. Nous sommes toujours dans la même optique, où il s’agit avant tout de protéger sa famille, quitte à s’aliéner le peu d’amis qui lui reste. En l’occurrence, Gretchen ne doit plus rentrer dans cette catégorie depuis longtemps, les apparences ont simplement été maintenues. Gretchen ne dit rien à Skyler quant au fait qu’elle ne paie aucunement le traitement, mais elle veut des explications. Le tout va finir par clasher, froidement, avec Walt révélant des ressentiments qu’il doit avoir depuis maintenant moult années, jusqu’à aller faire remarquer qu’elle ne sait strictement rien de lui. Si son nouveau business le pousse dans certains retranchements, ici, on ressent la colère, celle qu’il se trimballe depuis des années, qu’il n’a jamais exprimé à cause des bons codes de la société, car Walt est l’image même du bon père de famille sous tous rapports, à faire ce qu’il faut quand il faut. Breaking Bad, peut-être, mais, au fond, cette situation ne le pousse-t-elle pas à se révéler, à ne plus se cacher ? Quand il s’agit de protection et de survie, c’est dans ces moments-là que l’on est plus soi-même, montrant ce dont on est réellement capable.

Pendant que Walt gère ce problème, Jesse fait face à un autre : celui du couple de drogués qui a volé un de ses revendeurs. Une maison qui ressemble à une déchetterie, un gamin qui traine, sale et mal nourri, et Jesse qui attend. Jusqu’au retour. Les évènements ne vont pas surprendre, mais trouve avant tout leur force en Jesse, éternel mélange d’assurance et de doute. Il prend assez vite les choses en main, sans pour autant réussir à passer la frontière. La situation, sans surprise, dégénérera, à la fois en sa faveur, et contre lui. Il n’aura pas à tuer qui que ce soit, car, comme on l’a su dès leur arrivée, le couple s’éliminera lui-même. Jesse récupérera son argent, mais la véritable question ici est de savoir si oui ou non il a laissé des traces de lui dans la maison, sans oublier le fait que la factrice l’a vu. Alors, cette affaire peut-elle mener à lui ou non ? Cette question devient presque répétitive, dans l’univers de la série, Jesse et Walt jonglant continuellement, semant involontairement, et où chaque faux pas, chaque inattention ou concours de circonstances nous apparaît comme une piste pour la police.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire