Alors qu’il se fait interroger par Brass pour le meurtre d’un cerf habillé d’un tutu, un homme, complètement saoul, essaie de s’enfuir du commissariat, mais va finir enflammé après avoir reçu un coup de tazer de la part d’un officier de police. La principale témoin est retrouvée morte le lendemain, son sang est devenu vert.

On débute avec la combustion d’un tueur de cerf travesti, on continue avec les morts au sang vert et on finit avec le couple personnage âgé mort sans raison apparente la même nuit. Une grosse série de petites affaires qui va faire participer tout le monde au service scientifique de la police.

En regardant l’épisode, on finit par se dire qu’écrire un épisode comme ça a dû être une rude épreuve. On commence l’épisode sur une note comique, on enchaine sur du drame et on continue la balance durant tout l’épisode. À un moment on tourne au « rats lab » épisode, avant de revenir sur les animaux morts que Grissom collectait étant gamin. Bref, ça part dans tous les sens, oscillant entre le côté sombre de la série et son penchant à l’autodérision.

Malgré tout ça, tous les personnages et les différentes théories, l’histoire reste incroyablement cohérente, et Grissom va même tout nous expliquer dans son exposé final – sorte de mise en avant de l’idée qu’à dû avoir un des scénaristes et qui a été illustré avec cet épisode.

Bref, c’est original, distrayant, vraiment bien ficelé. Il n’y a pas grand-chose à ajouter à cela. Nous avons l’un des épisodes les plus originaux de la saison.