CSI - Dog Heaven (9.23)
Au sein d’un groupe de biker, un meurtre a lieu, et l’enquête prend un nouveau virage quand Brass apprend que la victime était en fait un policier.

Au vu du pitch de base, je m’étais dit que CSI allait faire son épisode Sons Of Anarchy. Bien sûr, cela n’allait clairement pas être la même chose, mais difficile de ne pas avoir ce sentiment, quand, en plus, Ally Walker – bien que dans un rôle tout à fait différent – fait la guest.

Voici donc nos CSI dans le monde de la moto, après qu’un meurtre se soit produit, et les principaux suspects ne sont autres que les motards du groupe, la mort ayant eu lieu dans le bar où ils se regroupent. Rapidement, on va découvrir que la victime était en fait infiltrée, et cela va orienter l’enquête différemment. À cause de l’infiltration, et du fait que nous savons rapidement que les coupables ne sont pas loin, et donc pas réellement un mystère, l’histoire va s’orienter sur ce qui a déclenché le crime. Comment les autres motards ont-ils découvert que leur ami n’était pas réellement ce qu’il prétendait être ?

À cela s’ajoute le fait que Brass connaît la femme de la victime, avec qui il a une relation plus qu’amicale, même si elle contient bien plus de sous entendus que d’éléments explicites pour le spectateur. Cela est une occasion de donner le temps d’un épisode une vie privée à Brass, mais cela ne va pas franchement être exploité.

En fait, l’épisode jongle pas mal entre les différentes idées qu’il met en place : le monde de la moto, le trafic de drogue, et la femme de la victime. Rien ne prendra le dessus, ce qui empêche un réel approfondissement. Nous n’entrerons pas dans le monde du club de motard, ces derniers servant plus le background. Nous partirons sur l’infiltration et son enquête, en restant assez basique, puis la femme de la victime, via Brass, sera un nouvel élément se rattachant à l’enquête, sans réellement avoir la possibilité de prendre de l’ampleur.

Finalement, l’épisode reste bien mené, mais ne s’engage pas vraiment. On reste alors trop à la surface des choses, l’univers n’étant pas approfondi. Cela nous aura quand même permis de voir Langton en moto.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire