Dexter – The Dark Defender (2.05)
Sous l’influence de Lila, Dexter va rechercher les meurtriers de sa mère, et va réussir à en retrouver un. Son enquête va lui apprendre qu’Harry est bien plus étroitement lié à son passé, d’avant son adoption, qu’il ne se l’imaginait.
La mère de Rita, quant à elle, considère que Dexter, n’a pas sa place dans la vie de sa fille. C’est sans compter sur cette dernière, qui va faire preuve de force de caractère. Rita s’affirme de plus en plus, et s’oppose à sa mère. Alors, cette dernière réfléchit et décide de se rapprocher de sa fille, en s’installant à Miami, chez Rita.
Deb continue de travailler avec Landy, tout en essayant d’avoir une vie privée. Alors que Landy semble presque devenir une figure paternelle qui tente de la guider, elle enchaine les erreurs avec son nouveau petit ami, à cause de sa paranoïa, du à son passé avec le Ice Truck Killer.

Dans cet épisode, Doakes et Maria sont sur une enquête. Celle-ci est tellement relayée au second plan, qu’elle ne vaut même pas la peine d’être abordée. D’ailleurs, la recherche du Harbor Bay Butcher est aussi en pause, si on peut dire. Le défaut de cette intrigue est on ne peut plus voyant une nouvelle fois. Les ports sont mis sous surveillance, exactement comme le dit Landy. Si le tueur doit agir, il le fera la nuit. D’où une surveillance 24h/24, camera à l’appui. Et c’est exactement ce que va faire Dexter. Cela va-t-il encore nous conduire à Dexter tentant de détruire les films ou je ne sais quelle autre idée ? J’espère sincèrement que non. Pour le moment tout ceci ne nous mène nulle part.

D’ailleurs, l’épisode en lui-même est assez faiblard. Il tire bien trop en longueur. Cette saison est bien trop axée sur les sentiments de Dexter. Pour un tueur en série, formé qui plus est, cela laisse à désirer. La voie empruntée d’un point de vue psychologique, avec l’implication de Harry dans ce qu’est devenu Dexter, et ce qu’il aurait pu être finalement, est une bonne idée, mais c’est un peu comme si on passait à côté de quelque chose. Comme si on avait oublié la nature profonde de Dexter, et qu’on avait décidé de l’excuser. Comme s’il fallait justifier le fait d’aimer un serial killer, justifier le comportement de Dexter, et ce qui la conduit à être ce qu’il est. Dexter, simple serial killer, homme sans sentiment, était alors bien plus intéressant que ce nouveau Dexter, à qui il n’arrive pas grand-chose.

On peut noter cette semaine la présence de Tony Amendola (maitre Bra’tac)

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire