La grossesse de Rita est confirmée, mais Dexter a d’autres soucis. Il doit retrouver Freebo et l’éliminer avant que ses collègues ne lui mettent la main dessus. Miguel Prado s’impatiente et, alors que personne ne le voit venir, Debra pourrait bien répondre à ses attentes en reliant son enquête à celle d’Angel.

Dexter reste Dexter et pour lui, les choses ne changent pas. Quoiqu’il arrive dans sa vie il n’a qu’une seule et unique préoccupation, éviter que l’on puisse l’identifier, que l’on découvre qu’il est un tueur. En fait, il court dans tous les sens pour garder le peu d’avance qu’il a sur ses collègues, et même comme ça, les choses ne tournent pas forcément en sa faveur. On retrouve un peu la saison 2 dans cette histoire, à part que les participants à la course ne sont pas les mêmes. D’un autre côté, on pourrait presque faire le parallèle avec The Shield, dans l’esprit. Vic Mackey cherchant lui aussi à avoir une avance sur tout le monde pour se couvrir des crimes qu’il a commis.

Bref, l’épisode se résume presque uniquement à ça, sauf que dans sa tête, le tueur en série de Miami a encore plus de préoccupations qu’à l’accoutumée. Comme d’habitude, il va donc nous assommer avec ses discours pompeux en voix off. Une mauvaise habitude que la série aurait eu le bon goût de freiner. Mais bon, c’est aussi ça le charme de Dex, s’il n’était pas aussi égomaniaque et arrogant, il ne pourrait tout mettre sur le dos de son père… Le pauvre Harry.

Enfin bon, là, le truc qui le tracasse, c’est de savoir s’il allait être papa ou non. Dur, pour lui, de s’imaginer être un bon père, voir même être père, car, après tout, la seule figure paternelle qu’il connaît s’est tuée par honte de son enfant. Mais bon, connaissant le brave Dexter, c’est surement plus le fait de devoir penser à quelqu’un d’autre que lui-même qui doit, au plus profond de lui, le travailler.

La partie intéressante de l’épisode revient donc, par défaut, à Debra. Cette dernière essaie de résoudre son affaire et ses techniques, et motivations, vont la mener à bon port. Le coup des affaires internes se prolonge, et finira sûrement par prendre forme. En attendant, le brave Quinn parait de plus en plus suspect, on ne sait pas de quoi, mais suspect quand même.

On arrive à la fin de l’épisode, le moment où tout chavire, l’instant que l’on attendait, celui qui va enfin justifier que l’on subisse autant Miguel Prado. Dex va trouver en lui un nouvel allié indésirable, et les circonstances de cela vont certainement donner une direction nouvelle à la saison. Confirmation dans le prochain épisode.

Le second épisode garde donc le même ton que le précédent. Du classique Dexter.