Doctor Foster : La Vengeance d’une femme meurtrie

Doctor Foster avec Suranne Jones et Bertie Carvel

Au début de Doctor Foster, Gemma Foster est une femme accomplie et épanouie. Elle est heureuse en ménage, marié à Simon – un promoteur immobilier – et mère d’un jeune garçon, Tom. Elle a aussi réussi dans sa vie professionnelle, étant docteur au centre médical de la petite ville (fictionnelle) de Parminster. Gemma est une femme forte, ambitieuse et déterminée qui voit son monde basculer lorsqu’elle trouve un cheveu blond sur l’écharpe de son mari.

Oui, la vie de Gemma s’écroule suite à un simple cheveu qui aurait pu se trouver là pour n’importe quelle raison. D’ailleurs, la première explication que nous fournira Doctor Foster est qu’il pourrait bien être question d’un cheveu de l’assistante. Aussi plausible que cela soit, cela ne mettrait pas en péril tout ce que le docteur Foster a construit jusque-là.

Très vite, il devient évident que Doctor Foster s’intéresse au cours de ces cinq épisodes à déconstruire le bonheur et les apparences qui ont pris le dessus dans l’existence de son personnage principal. La création de Mike Bartlett diffusée sur BBC One n’a aucun problème à prendre des raccourcis scénaristiques et à créer des situations excessives dans le but de mieux retranscrire le tumulte intérieur de Gemma Foster – qui prend ainsi forme dans son quotidien.

Car oui, le fameux cheveu blond appartenait bien à une femme avec qui son époux Simon la trompe. La paranoïa laisse vite la place à la réalité – dès la fin du premier épisode – pour donner le jour à une spirale autodestructrice. Si ce n’est physique, au moins moral. En refusant de confronter son mari avec la vérité dès le départ, en cherchant à le pousser à se révéler, toute son existence se tourne vers cet adultère. Du coup, le docteur Foster enchaine les décisions discutables, allant même jusqu’à briser plus que de raison le code de déontologie médical. Cela est un peu fort, mais le créateur Mike Bartlett utilise clairement les dérives professionnelles de sa protagoniste pour mieux illustrer à quel point elle est ébranlée par la découverte de la vérité, ses doutes et la colère qui la ronge.

Dans ce contexte, il fallait bien une actrice de la trempe de Suranne Jones pour maintenir Doctor Foster cohérent d’un bout à l’autre. Elle arrive donc à faire que l’histoire, même lorsqu’un retournement de situation forcée est présenté, tienne la route pour mieux décortiquer le dilemme moral de cette femme qui pensait avoir tout dans la vie et qui se voit tout retirer. Le récit n’est alors pas exempts en émotions fortes et Gemma nous emporte avec elle, que ce soit dans son désespoir ou dans sa révolte.

Doctor Foster est pleinement tournée vers la tourmente de son héroïne, au point que Simon est pendant toute la première partie du récit un mari presque errant, un sale type qui trompe son épouse depuis belle lurette et qui est entièrement défini par cet acte. Dans le rôle, Bertie Carvel est d’ailleurs au départ plus qu’effacé et peine à laisser entrevoir réellement quel type de personne est Simon. Heureusement, il finira par avoir la possibilité de devenir un peu plus, même si son cas ne fait que s’empirer sur certains points. Alors que Gemma s’impose comme une femme forte qui est détruite par ce qu’elle découvre sur ce qu’elle croyait être son existence, Simon est surtout un homme faible qui ne sait pas résister et tombe dans tous les pièges.

Gemma Foster se retrouve ainsi à peler sa vie comme elle pèlerait un oignon pour tenter d’y trouver la vérité. La petite vie de banlieue ou de famille tout à fait ordinaire n’est alors qu’un mensonge qui est tout simplement embrassé et accepté, plus ou moins inconsciemment. Les apparences dissimulent des existences où les ambitions, la jalousie et l’argent ont fini par éloigner du premier accomplissement et de la véritable forme de bonheur recherché.

Avec Doctor Foster, le bilan est plutôt pessimiste avec une héroïne prise dans un monde patriarcal où les hommes sont plus ou moins destinés à tromper leurs femmes. Gemma se montre extrême dans ses réactions et tout aussi imprévisible parfois. Elle emmène toujours plus loin cette histoire d’adultère qui se transforme de drame humain à revanche sous nos yeux.

Malgré certains excès narratifs, Doctor Foster délivre en tout cas un récit accrocheur que l’on suit avec plus d’attention encore grâce à Suranne Jones qui retranscrit à merveille le tumulte émotionnel traversé par son personnage.

Doctor Foster sera de retour, la série a été renouvelée pour une saison 2. La première saison sera disponible en DVD à partir du 16 août 2016.

Un air de déjà vu ? Publié une première fois en octobre 2015, cet article est aujourd’hui remis en avant à l’occasion de la diffusion française. Dr Foster est programmée à partir de ce mardi 14 juin 2016 sur D8 à 21h.
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link