Doctor Who - Dreamland

Dry Springs, Nevada, 1958. Le Doctor de passage découvre un artefact extraterrestre au diner du coin, qui, une fois remis en route, attire l’attention d’un homme en noir, d’un guerrier alien et du Colonel Stark, commandant en charge de Dremaland, base militaire plus connue sous le nom de Zone 51, à Roswell, Nouveau-Mexique…

Avant le grand final du 10e Doctor, nous faisons un petit détour animé avec Dreamland. Composé de 6 épisodes diffusés au cours d’une semaine de novembre, l’ensemble forme une histoire d’une durée de 45 minutes que les spectateurs de BBC Two ont pu apprécier en ce début de décembre.

Dreamland nous emmène en compagnie du Doctor aux USA, dans le Nevada, où il va rencontrer Cassie, serveuse, et Jimmy, client de la demoiselle. Comme toujours, si le Doctor est dans le coin, les ennuis ne sont pas loin, et il en sera le déclencheur, quand, attiré par un objet étrange, il refait fonctionner ce dernier grâce à son sonic screwdriver. Voilà qu’il entraine avec lui Cassie et Jimmy au cœur d’un conflit extra-terrestre, où se côtoient humains, bonshommes verts et les peu aimables Viperox.

La voix de David Tennant va donc donner vie à ce Doctor animé de façon inestimable, car si Dreamland a bien un défaut, c’est son animation qui laisse purement à désirer. Alors que l’intrigue se révèle plutôt rythmée, laissant assez peu de répits à nos aventuriers du jour, on ne peut pas dire que nos yeux soient convaincus par ce à quoi ils assistent. Derrière le scénario se cache justement Phil Ford, qui a participé à l’écriture de Waters Of Mars, a déjà écrit un épisode de Torchwood et fut showrunner sur la saison 2 de The Sarah Jane Adventures. L’homme connaît donc son affaire, donnant ainsi le jour à une histoire entrainante nous plongeant comme il se doit dans l’ambiance de Doctor Who.

Tous ces beaux efforts sont donc pénalisés par une animation fort basique, mettant en scène des personnages incapables d’avoir plus de deux expressions et dont les déplacements se font de façon peu naturelle. Les couleurs sauvent légèrement la mise, mais c’est bien tout ce qu’on peut trouver de réellement réussi sur ce plan technique, qui heureusement, n’essaie pas de trop faire dans les détails.

Dreamland est donc un bon exemple qu’une bonne histoire est bien plus importante qu’un visuel, car sans cette dernière, il est évident que ce petit voyage du Doctor au cœur de la zone 51 serait à vite oublié. La magie Doctor Who réussit donc à prendre grâce à une intrigue classique et la voix de ces acteurs, pour nous faire oublier du mieux possible des images qui manquent de fluidité.

Avec les voix de : David Tennant (Tenth Doctor), Georgia Moffett (Cassie Rice), Tim Howar (Jimmy Stalkingwolf), Lisa Bowerman (Saruba Velak), David Warner (Lord Azlok), Stuart Milligan (Colonel Stark), Clarke Peters (Night Eagle), Nicholas Rowe (Rivesh Mantilax), Peter Guinness (Mister Dread), Ryan McCluskey (Soldiers).

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire