Peter se réveille dans le futur, dans un monde en pleine destruction. Des terroristes utilisent des bombes pour ouvrir des vortex qui accélèrent l’inévitable. Walter doit trouver comment arrêter ça avant la prochaine attaque.

La conclusion du précédent épisode nous a laissés dans une situation totalement inattendue, mais ce n’était que le début, car ce season finale va aller encore plus loin.

Comme on l’avait compris, Peter s’est réveillé dans le futur. Là, il retrouve rapidement ses esprits et oublier qu’il vient du passé. Nous sommes alors introduits à un monde où la Machine a détruit le second univers, ce qui a lancé une réaction en chaine qui a pour résultat l’apparition de vortex de plus en plus majeurs qui anéantiront à son tour cet univers.

Le temps est compté, mais un groupe de terroristes s’active à accélérer les choses, à provoquer plus tôt que prévu la fin du Monde.

C’est dans ce climat que nous allons voir Peter tenter de trouver la solution qui pourra tout stopper. Après tout, il est responsable de tout ce qui se passe, car il est celui qui a pris les commandes de la Machine. Mais dans un sens ou dans un autre, il semble qu’aucun des deux univers n’aurait pu s’en sortir.

Quoi qu’il en soit, avec de tels changements, il y a nécessité de reposer des bases et, pour ce faire, l’épisode utilise quelques références au passé de la série pour installer des codes narratifs familiers. Malgré ça, la première grosse moitié de l’histoire sert à l’exposition. Après, les scénaristes ne vont pas se gêner pour nous prendre par surprise, mais, en allant jusqu’au bout de leur idée, ils dévoilent assez tôt que la finalité de cette histoire n’est pas de poser les fondations sur lesquelles un univers différent pourra être développé durant la saison suivante. Il est avant tout question de créer un argumentaire qui va justifier le choix qui sera fait à la fin.

Quand vient le moment de la conclusion, les solutions sont plus limitées que jamais, même si certains points évoqués pendant l’épisode permettent d’entrevoir la direction qui sera finalement empruntée. Il est ici question d’introduire une conjoncture aussi inédite qu’inattendue et, comme bien d’autres choses qui ont eu lieu durant cette fin de saison, cela va aller légèrement plus loin qu’on aurait pu le croire et laisser un sentiment de confusion.

À partir de là, la série peut se relancer et même se renouveler. Ce n’est pas un nouveau départ, mais presque, tant l’étendue de ce qui peut être désormais accompli est large. The Day We Died est donc parvenu à résoudre les problèmes les plus pressants en entrainant Fringe sur une route originale et en offrant autant une impression de conclusion que d’introduction, ce qui nous laisse avec beaucoup de questions qui ne trouveront pas de réponses avant la saison prochaine. Basiquement, l’épisode a fait tout ce qu’on pouvait en attendre.

N.d.A. : Pour éviter les spoilers sur cet épisode, éviter d’aller lire les commentaires.