C’est la rentrée au Lycée Mc Kinley.  Le Glee Club, finaliste du dernier concours régional, mais qui a terminé 3ème, pense que ce statut va enfin faire basculer la popularité des apprentis chanteurs. De leur côté, Will et Sue se trouvent un ennemi commun, le Coach Beiste, nouvelle entraineuse de l’équipe de Football, qui force le principal Figgins à couper leurs budgets respectifs.

« Glee » revient en cette rentrée, toute auréolée de son beau succès d’audience et critique (3 Emmys mérités :  pour Jane Lynch, Neil Patrick Harris pour son apparition dans l’épisode 19, et Ryan Murphy pour la réalisation de l’épisode pilote). Il faut donc capitaliser sur ce succès, et augmenter encore la qualité.

La série, et c’est bien son point fort, sait faire résonner  comme aucune autre l’air du temps, en reprenant les pop songs les plus entrainantes du moment. Quoi de mieux donc que de commencer cette saison avec « Empire State Of Mind » de Jay-Z, amenée par un objectif un peu grossier : Les régionals auront cette année lieu à New York. Il va donc falloir recruter de nouveaux chanteurs pour battre leur Némésis : « Vocal Adrenaline ». Le Glee club, encore frais de la défaite mais persuadé que leur statut a changé, va donc lancer des auditions.

Ce n’est pas la partie la plus intéressante de cet épisode, qui redémarre pourtant d’une belle manière, en parodiant les chaines d’infos people américaines (façon E !), à la mode Jacob’s blog.  Caméra épaule, chasse aux scoops, questions stupides : il y du panache dans cette première séquence, qui finit inexorablement par un jet de boisson fluo, cette fois-ci sur la personne de Burt, avec ce même constat : le Glee club sera toujours composés de losers, quoiqu’il arrive.

C’est donc ici que « Glee », comme l’année dernière, est le meilleur, à jongler entre la mièvrerie un peu honteuse et le politiquement incorrect (quelques vannes borderline sur les asiatiques, les saillies verbales de Sue, qui revient au top). Peu importe la force et la détermination avec laquelle les membres de la chorale se battront,  dans la jungle du lycée, ils en seront toujours les insectes. Will, lui aussi persuadé d’être à la tête d’un groupe devenu populaire, fera le constat en fin d’épisode, après avoir tenté de détruire le nouveau Coach, et offert quelques scènes de complot  avec Sue plutôt agréables. On aimerait presque voir cette storyline continuer, et découvrir ce que pourrait offrir une vraie entente entre ces 2 personnages. Mais les auteurs en ont décidé autrement, et tout est de retour à la normale, puisque côté auditions, les potentielles nouvelles têtes ne viendront finalement pas.

Malgré un épisode sympathique, on a l’impression que tout cela n’a servi à rien, et qu’aucune évolution n’est à venir pour la suite. Un peu dommage lorsqu’il s’agit de reprendre pour une saison entière…

avatarUn article de .
9 commentaires